Le temps réel l’est-il vraiment ?

Temps de lecture estimé : 1 minute

La dictature du temps réel est désormais une réalité, et les dirigeants n’y échappent pas.

321 milliards de courriels sont échangés, et entre 4 500 et 5 000 milliards de SMS sont envoyés chaque jour dans le monde.

Les dirigeants reçoivent de 30 à 200 messages par jour, et 85 % de leurs émetteurs attendent une réponse dans un délai de moins de 24 heures, selon une étude du cabinet Mazars (mai 2023) !

Cette contrainte du temps réel a un impact significatif sur le langage des dirigeants. Leur communication se réduit souvent à des messages courts et faciles à digérer en quelques secondes. Les propos élaborés et nuancés sont relégués au second plan au profit de réponses lapidaires ou de punch-line. La dictature du temps réel exerce une influence profonde sur le langage des dirigeants, et les conduit inévitablement à une uniformisation du langage.

D’ailleurs, les prochaines générations de smartphone adopteront une technologie dite « SAR » (Synthetic Auto-Response) laissant à une IA le soin de répondre aux destinataires de nos messages.

Le temps réel imposera donc des réponses formatées et artificielles, se substituant à la pensée de leurs émetteurs …

Pour surmonter les limites de l’instantanéité, et restaurer la qualité dans leur communication, les dirigeants doivent cultiver un nouveau rapport au temps, celui qui leur est d’ailleurs indiqué par les horloges mécaniques. Si le temps réel est la trotteuse, les dirigeants doivent discerner les sujets qui relèvent de celle-ci, de ceux qui doivent être portés par la grande et la petite aiguille.

La prévalence de la réactivité immédiate au détriment de la pro activité, vide le sens de la fonction du dirigeant, lequel doit demeurer « le maître du temps », afin de demeurer maitre de son langage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.