Temps de lecture estimé : 2 minutes

Lilaea
Élodie Géba, cofondatrice de Lilaea Crédit : Lilaea

Qui ? Lilaea

Quoi ? Une start-up de sensibilisation et de surveillance des eaux douces

Depuis sa création en 2021, Lilaea, une jeune entreprise basée à Saint-Quentin (Aisne), s’est imposée comme un acteur clé dans la préservation des eaux douces en France. Fondée par Élodie Géba et Anne Gaspar, Lilaea combine technologie de pointe et expertise environnementale pour offrir des solutions innovantes et accessibles aux gestionnaires de ressources en eau.

Le nom Lilaea tire son origine d’une naïade de la mythologie grecque, des nymphes chargées de protéger les sources d’eau. « On a gardé l’orthographe grecque, c’est une petite subtilité phonétique », explique Élodie Géba, cofondatrice de l’entreprise. Ce choix reflète alors l’engagement de Lilaea à sauvegarder les ressources en eau douce, une mission plus que jamais cruciale dans le contexte actuel de changements climatiques et de pressions anthropiques croissantes sur les écosystèmes aquatiques.

Des débuts ancrés dans la recherche et l’innovation

Lilaea a été fondée en mars 2021, après une période de développement intensif. En effet, les cofondatrices, issues du milieu universitaire, ont d’abord concentré leurs efforts sur la création de deux machines équipées de capteurs capables de surveiller en temps réel la qualité des eaux douces. « On a décidé de se monter en start-up, avec un an et demi de développement. Lilaea c’est principalement deux machines qui sont équipées de capteurs et qui nous permettent de faire du suivi en temps réel de la qualité de l’eau », précise Élodie Géba.

Les appareils de Lilaea sont donc destinés exclusivement aux milieux continentaux, tels que les étangs, les rivières, et les canaux de navigation. « On a choisi de s’intéresser uniquement aux milieux continentaux […] là où les carpes et les gardons étaient un peu moins en vogue que les dauphins et autres mammifères marins, finalement », ajoute-t-elle. Ce choix s’est ainsi révélé judicieux, car il comble un vide laissé par les nombreuses initiatives uniquement focalisées sur les milieux marins.

Des solutions clés en main pour tous

Au fil du temps, Lilaea a diversifié ses offres pour répondre aux besoins variés de ses clients. L’entreprise propose désormais des solutions complètes, allant du diagnostic de la qualité de l’eau à la formation et la sensibilisation des publics. « On a créé vraiment un parcours clé en main qui va de A à Z sur ces objectifs de gestion durable de l’eau. Et donc, on propose de la formation, des ateliers […] Ces offres plaisent beaucoup aux entreprises », explique Élodie Géba.

Lilaea offre également des services de location de ses machines, une solution clé en main qui inclut l’installation, la maintenance et le calibrage des capteurs. Cette approche permet aux clients de bénéficier de technologies avancées sans les contraintes liées à leur gestion. « On propose tout ça en location clé en main. Donc, on installe les machines, on les maintient, on calibre les capteurs », détaille la cofondatrice.

Lilaea
Crédit : Lilaea

Une équipe dédiée à la préservation de l’eau

Lilaea est alors née de l’amitié et de la collaboration entre Élodie Géba, docteure en écotoxicologie aquatique, et Anne Gaspar, experte en systèmes embarqués et robotique. « On est amies depuis presque 14 ans maintenant […] L’idée est venue lorsque Anne a eu l’opportunité de travailler sur un sous-marin téléguidé pour un projet à l’école. Et moi, à l’époque, en thèse, j’avais besoin de capteurs que je ne trouvais pas dans le commerce », raconte Élodie Géba.

Aujourd’hui, Lilaea compte six collaborateurs et prévoit d’agrandir l’équipe à huit membres. « On est en train d’agrandir l’équipe […] on a deux embauches prévues pour la rentrée », annonce la jeune entrepreneure. Cette croissance rapide reflète le succès de l’entreprise, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 100 000 euros lors de sa première année de commercialisation et qui a déjà dépassé ce montant en seulement quatre mois cette année.

Des perspectives d’avenir prometteuses

Les ambitions de Lilaea ne se limitent pas aux frontières françaises. L’entreprise envisage d’étendre ses activités sur le plan national et international. « Le but pour nous, c’est de venir accompagner n’importe quel acteur à l’échelle nationale », indique Élodie Géba. Lilaea étudie cependant d’autres opportunités à l’étranger, comme au Québec, pour ouvrir des antennes locales et diffuser ses solutions innovantes à une échelle globale.

En France, Lilaea se concentre actuellement sur les Hauts-de-France et se tourne vers le Grand Est. L’entreprise cherche ainsi à démocratiser l’accès à ses technologies pour que chaque acteur, qu’il soit public ou privé, puisse jouer un rôle actif dans la préservation des ressources en eau. Sans doute le combat du siècle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.