La gauche ne se réduit pas à « LFI »

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Geoffrey Wetzel, journaliste-chef de service

La Nupes n’allait déjà pas bien. Depuis début octobre et le conflit au Proche-Orient, elle est éparpillée façon puzzle. La meilleure chose qui puisse arriver pour les électeurs de gauche ?

Jean-Luc Mélenchon « est le problème de la gauche », dixit l’ancien président de la République François Hollande. Cela n’a rien d’un scoop, mais à gauche nombreux sont ceux qui s’en rendent enfin compte. Mélenchon, ce fut trop longtemps, pour la gauche, l’éléphant au milieu de la pièce. Le déclic, pour le PS notamment, et les communistes, a eu lieu début octobre après l’attaque du Hamas en Israël.

En refusant de qualifier le Hamas de mouvement terroriste, les dirigeants de La France insoumise se sont rendus inaudibles, peu importe le discours qu’ils portaient ensuite – comme l’urgence d’un cessez-le-feu ou une sensibilité portée sur la cause palestinienne – avec lequel on peut s’accorder. Voilà toute la différence entre un JLM et un DDV (pour Dominique de Villepin). Oui la comparaison est osée, mais sur le fond les deux hommes pourraient s’entendre, tant le discours de l’ex-ministre des Affaires étrangères a résonné au sein des Insoumis. Oui Gaza est une « prison à ciel ouvert », mais ce qui n’empêche pas le Hamas d’être une organisation terroriste, ce que nomme d’emblée M. de Villepin, indispensable pour ensuite être écouté et non discrédité. Voilà la différence entre un homme présidentiable et un danger pour la République.

Car oui, selon un sondage de l’institut CSA pour CNews, dévoilé le 2 novembre, un peu plus de 7 Français sur 10 (71 %) estiment que Jean-Luc Mélenchon représente un « danger pour la République ». Du pain bénit pour Marine Le Pen, sondée à 30 % des intentions de votes au premier tour de l’élection présidentielle de 2027. La radicalité de Jean-Luc Mélenchon – combinée à l’extrême-droitisation de l’échiquier politique avec l’arrivée d’Éric Zemmour – ont permis à « MLP » d’adoucir son image et faire oublier les racines du FN.

Pourquoi est-ce si difficile pour Jean-Luc Mélenchon de nommer les choses ? Avant tout parce que cet homme, obsédé par la poursuite de son destin, le sait : sa présence au second tour de la présidentielle repose sur la hausse du taux de participation des quartiers populaires, des banlieues. Dont les habitants seraient pro-palestiniens… de là à soutenir les actions du Hamas ? Dangereux raccourci. La gauche, du moins LFI, séduit les banlieues quitte à abandonner les campagnes. Alors que la gauche, la vraie, se doit se défendre le peuple dans sa globalité, « tous ceux sur lesquels s’exerce le pouvoir », disait Michel Onfray.

La Nupes est morte, vive la gauche ! Mais laquelle ? Celle qui devra recentrer ses actions sur ce qui change vraiment le destin des plus modestes, des plus pauvres. Les discours sur « l’homme déconstruit » ou le combat mené pour la mise en place de l’écriture inclusive – bien que ces sujets méritent d’être débattus – n’attireront pas cet ouvrier smicard qui peine à joindre les deux bouts, ou cette aide-soignante de l’hôpital public trop longtemps abandonnée par l’État. Cette gauche qui ne pointera pas du doigt les prolos qui ne roulent pas encore à l’électrique.

Remettons au-dessus de la pile la question du pouvoir d’achat et des salaires. Celle des services publics performants, partout, et aussi dans les villages. Luttons toujours avec la même force contre toutes les discriminations.

Non LFI, ce n’est pas LA gauche. Ou plutôt la gauche ne se réduit pas à LFI, donc à Mélenchon. Pour renaître, elle doit rassembler et non diviser. Parler à tous plutôt qu’à quelques-uns. Des noms en tête ? Concentrons-nous d’abord sur les idées fortes à défendre.

Rédacteur en chef. Formé en Sorbonne – soit la preuve vivante qu'il ne faut pas « nécessairement » passer par une école de journalisme pour exercer le métier ! Journaliste économique (entreprises, macroéconomie, management, franchise, etc.). Friand de football et politiquement égaré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.