Sur les réseaux sociaux, les politiques « balancent » sans échanger

Temps de lecture estimé : 1 minute

Marc Drillech, professionnel de la communication et ex-directeur général de Ionis Education Group
Marc Drillech,
professionnel de la communication et ex-directeur général de Ionis Education Group

Aujourd’hui la grande majorité des actes des politiques sur LinkedIn consiste à « faire envoyer la purée » et basta.

C’est vendredi.

Les faons fainéantisent et le temps est à la réflexion. Et je me questionne sur ces femmes et ces hommes politiques qui « balancent » des idées sur ce réseau social puis disparaissent sans se mêler à la « populace » des lecteurs, sans répondre, sans dialoguer.

Personnellement je m’en moque mais étant un « pro de la com », me semble-t-il, je me questionne. À quoi servent ces textes, protestations et autres idées novatrices si le réseau social ne sert qu’aux effets d’annonce.

À quoi servent les community managers sinon à « balancer du blabla ». Dans réseau social il y a connexion, dialogue, union, discussion. Dans community managers l’on retrouve effectivement ce concept fort de communauté.

Or aujourd’hui la grande majorité des actes des politiciens sur LinkedIn consiste à « faire envoyer la purée » et basta. Ce qui compte c’est l’envoi, pas la réception et encore moins le feedback !

Pas étonnant que les extrêmes en tous genres se délectent de ces réseaux puisqu’ils ont vraiment bien compris la valeur et la force des dialogues, des communautés actives, du « nous et les autres ».

Ce qui ne m’empêchera pas de vous souhaiter un joyeux Noël, une très belle année 2024 et la paix sur terre pour les femmes et hommes de bonne volonté !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.