Vite compris le 22 mai

Temps de lecture estimé : 3 minutes

IANouveaux engagements pour la sécurité de l’intelligence artificielle (IA) • Seize entreprises mondiales majeures de l’intelligence artificielle (IA), réunies à Séoul en Corée du Sud, ont pris de nouveaux engagements pour garantir le développement sécurisé de cette technologie, selon le gouvernement britannique. Cet accord fait ainsi suite aux consensus établis lors du premier sommet mondial sur la sécurité de l’IA à Bletchley Park, au Royaume-Uni. Organisé conjointement par les gouvernements sud-coréen et britannique, ce second sommet examine également comment les gouvernements peuvent favoriser l’innovation et utiliser la technologie pour résoudre des problèmes tels que le changement climatique et la pauvreté. En ce sens, les entreprises d’IA s’engagent à rendre publiques leurs évaluations de sécurité et à fixer des seuils de risque avant le prochain sommet sur l’IA en 2025 en France.

IA TotalEnergiesTotalEnergies sur le banc des accusés • Trois ONG et huit victimes climatiques de divers pays ont porté plainte contre TotalEnergies, ses dirigeants et actionnaires, pour homicide involontaire et atteintes à la biodiversité. Les plaignants, incluant Bloom, Alliance Santé Planétaire et Nuestro Futuro, visent à responsabiliser le géant pétrolier pour sa contribution au changement climatique. Déposée au Tribunal judiciaire de Paris, la plainte cible également le PDG Patrick Pouyanné et des actionnaires comme BlackRock et Norges Bank. Elle est motivée par des catastrophes récentes, telles que les inondations au Pakistan et le cyclone Idai au Zimbabwe. Les ONG dénoncent ainsi l’inaction de TotalEnergies malgré la connaissance de ses impacts depuis 1971. Claire Nouvian de Bloom parle de « globocide ». La plainte, déposée avant l’assemblée générale de TotalEnergies, espère déclencher une enquête et un procès pour ces crimes environnementaux et climatiques.

IA Rishi SunakRishi Sunak et les « pays tiers sûrs » : une solution magique pour les migrants ? • Le Premier ministre britannique Rishi Sunak s’est réjoui à Vienne du soutien croissant en Europe pour désigner des « pays tiers sûrs » où envoyer les migrants, à l’image de l’accord entre le Royaume-Uni et le Rwanda. Lors d’une conférence de presse, Rishi Sunak a annoncé que 15 pays européens soutiennent désormais cette approche, soulignant son accord avec le chancelier autrichien Karl Nehammer. Bien que l’Union européenne reste divisée sur cette question, le Premier ministre britannique a insisté sur la nécessité de réformer les lois européennes pour permettre ces transferts. Cette initiative survient alors que l’UE enregistre un nombre record de demandes d’asile, atteignant 1,14 million en 2023. Enfin, le soutien à cette politique augmente alors que les élections européennes approchent, avec des sondages qui prévoient une montée de l’extrême droite.

CPILa France soutient la CPI • La France réitère son soutien à la Cour pénale internationale (CPI) alors que le procureur a émis des mandats d’arrêt à l’encontre des dirigeants israéliens, dont le Premier ministre Benjamin Netanyahu, et des leaders du Hamas. Le Quai d’Orsay a affirmé, dans la nuit de lundi à mardi, soutenir la CPI et la lutte contre l’impunité. Paris a ainsi condamné les attaques du Hamas, qualifiées de « massacres antisémites » et « barbares ». En revanche, concernant Israël, la France insiste sur le respect du droit international humanitaire et l’inacceptable coût civil à Gaza. Une solution politique durable semble donc être la seule voie vers la paix. Enfin, les réactions internationales varient, avec les États-Unis dénonçant ces mandats d’arrêt comme « scandaleux » tandis que certains dirigeants de la gauche française se réjouissent de cette décision de la CPI.

AirbnbRéforme du marché des meublés touristiques en débat au Sénat • Le Sénat engage des discussions sur plusieurs mesures qui visent à réguler le marché des meublés touristiques tels qu’Airbnb. Cette initiative transpartisane vise alors à renforcer le pouvoir des maires, à s’attaquer à une niche fiscale critiquée et à répondre partiellement à la crise du logement. La proposition de loi, portée par les députés Annaïg Le Meur (Renaissance) et Iñaki Echaniz (Parti socialiste), est désormais examinée au Sénat après un parcours tumultueux à l’Assemblée nationale. Ainsi, les dispositions fiscales suscitent un intérêt particulier, notamment la réduction du taux d’abattement sur les revenus des locations touristiques. Des ajustements ont été apportés en commission, mais des sénateurs proposent des amendements pour aller plus loin. De cette façon, les débats permettront de clarifier la position de l’exécutif sur ce sujet délicat.

Crédits : shutterstock 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.