Vite compris le 17 mai

Temps de lecture estimé : 2 minutes

primePrime Macron : les temps changent pour le bonus salarial • La prime Macron, autrefois largement utilisée par les entreprises pour soutenir le pouvoir d’achat de leurs salariés, connaît un déclin marqué. Les versements de la prime ont en effet chuté à environ 500 millions d’euros depuis le début de 2024, contre 1,2 milliard au même moment l’année précédente. Et pour cause, les nouvelles règles, entrées en vigueur depuis le 1er janvier 2024, ont restreint son attrait pour les employeurs. Les entreprises de plus de 50 salariés doivent désormais payer la CSG et la CRDS. De plus, des conditions supplémentaires d’accès à la prime s’imposent désormais aux salariés pour bénéficier de l’exonération d’impôt sur le revenu. Ainsi, cette évolution, dictée par la situation des comptes publics, risque de se traduire par une perte pour les salariés, qui ont bénéficié en moyenne de 885 euros de prime l’an dernier.

prime temuLa plate-forme chinoise Temu sous le feu des associations de consommateurs • Des associations européennes de consommateurs ont déposé une plainte contre Temu, géant chinois du commerce en ligne, pour manipulation et violation du règlement de l’UE sur les services numériques. Accusée d’utiliser des interfaces trompeuses pour inciter les utilisateurs à dépenser davantage, Temu se confronte actuellement à une action coordonnée de la part de 17 associations, dont l’UFC-Que Choisir. Monique Goyens, du Bureau européen des unions de consommateurs (Beuc), déplore que les consommateurs se voient proposer des versions plus chères et rencontrent des difficultés pour fermer leur compte. Malgré les promesses de coopération de Temu, la plainte souligne son manque de transparence sur les vendeurs et les systèmes de recommandation. Le Beuc appelle donc désormais à une enquête approfondie sur les pratiques de la plate-forme chinoise.

prime LGBT+Les actes anti-LGBT+ montent en flèche • Une étude du service statistique du ministère de l’Intérieur révèle une augmentation de 13 % des atteintes envers les personnes LGBT+ en France en 2023 par rapport à l’année précédente. Il est alors question d’une hausse de 19 % pour les crimes et délits signalés par les forces de l’ordre. Ces chiffres, publiés à la veille de la Journée mondiale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie, mettent ainsi en lumière une sombre réalité : 4 560 infractions ont été enregistrées en 2023, dont 2 870 crimes ou délits et 1 690 contraventions, principalement liées à des injures. Malgré une « libération de la parole », seules 20 % des victimes LGBT+ portent plainte en cas de menaces ou violences. Les infractions se concentrent dans les grandes agglomérations, notamment à Paris, et touchent principalement les hommes de moins de 30 ans.

RATPLes primes RATP pour les JOP 2024 • Les salariés de la RATP toucheront en moyenne 1 000 euros brut de prime par agent pour leur mobilisation pendant les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024. Sur les 12 catégories de personnels concernées, six accords ont été officiellement signés par les syndicats, les six autres sont en cours de finalisation. Les primes varient ainsi selon les métiers, avec des montants allant de 400 à 1 900 euros brut. Les conducteurs de métro et de RER ont notamment obtenu un accord particulièrement avantageux, avec des primes pouvant atteindre 2 500 euros, incluant 44 euros supplémentaires par jour de travail pendant les compétitions. En échange, ceux-ci ont accepté des reports de congés et des ajustements d’horaires et de lieux de travail. Ces mesures permettront a priori d’assurer une offre de transport supérieure pendant les Jeux.

jeunes et logementsFrance : hausse du nombre de jeunes adultes encore chez leurs parents • La Fondation Abbé Pierre tire la sonnette d’alarme concernant la crise du logement chez les jeunes. Selon un rapport récent, de plus en plus de jeunes adultes restent chez leurs parents en raison des loyers élevés et des salaires insuffisants. Ainsi, en 2020, près de 4,92 millions d’adultes vivaient encore chez leurs parents, soit une augmentation de 250 000 par rapport à sept ans auparavant. Cette tendance concerne principalement les 18-24 ans, dont le nombre a augmenté de 13,5 %. Les 25-34 ans sont également touchés (+3,6 %). Cette situation met alors en lumière la gravité de la crise du logement qui touche les jeunes. La Fondation Abbé Pierre appelle donc à des politiques plus volontaristes pour aider les jeunes précaires à accéder à un logement indépendant.

crédits : shutterstock

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.