[SÉRIE – épisode 3/3] Quel gouvernement possible pour l’espace central ?

espace central
(crédits : shutterstock)

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Qui gouvernera la France demain ? Voyons ce à quoi pourrait ressembler un éventuel gouvernement d’union républicaine, certes peu probable. Un œil décalé qui achève notre exercice de politique fiction après les hypothèses de l’arrivée du RN au pouvoir ou du Nouveau Front populaire.

7 juillet. Second tour des élections législatives. Le RN arrive en tête mais rate la majorité absolue d’un cheveu. Gauche forte. Aucune victoire claire ne se dessine. Dès 20 h 08, Gabriel Attal apparaît à l’écran : « Ce soir, l’heure est grave : pour la première fois de notre histoire, l’extrême-droite arrive en tête d’un scrutin législatif, même si nous sommes parvenus à éviter qu’elle obtienne la majorité absolue, grâce à l’abnégation des partis républicains. Tout n’est donc pas perdu ! J’appelle les femmes et les hommes de bonne volonté à me rejoindre dans un gouvernement resserré, rassemblé, au seul service de la République. Ce soir, je tends la main aux LR fidèles à leurs convictions, aux sociaux-démocrates désireux d’avancer, aux écologistes pragmatiques et bien entendu aux forces de la majorité sortante. Ensemble, constituons ce gouvernement de la dernière chance, oui, un commando Marianne face aux extrêmes ! » Dans les jours qui suivent, Bruno Le Maire est nommé commissaire européen. Gérald Darmanin quitte le gouvernement pour préparer la présidentielle, tandis qu’Édouard Philippe reste au Havre. Emmanuel Macron, jaloux de l’indépendance nouvelle de son Premier ministre, ronge son frein et se retire dans la résidence versaillaise de La Lanterne, à la recherche d’un prochain mauvais coup…

Premier ministre

Gabriel Attal

Ministre d’État – Ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des Relations avec le Parlement

François Baroin

Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères

Florence Parly

Promise à la présidence du conseil d’administration d’Air-France, l’ancienne ministre des Armées du premier mandat d’Emmanuel Macron reviendrait ainsi au gouvernement.

Ministre de l’Économie et des Finances

François Villeroy de Galhau

Le gouverneur de la Banque de France serait un successeur éventuel à Bruno Le Maire.

Ministre de l’Éducation nationale et de la Culture

Rachida Dati

Comme Jack Lang en 1992-1993, Rachida Dati cumulerait ainsi les deux ministères et pourrait travailler au développement de l’EAC (éducation artistique et culturelle).

Ministre du Travail et de l’Industrie

Thierry Breton

Un « super-ministère » taillé sur-mesure pour l’ancien commissaire européen, tout juste remplacé à Bruxelles par un Bruno Le Maire désireux de quitter la politique nationale.

Ministre de la Santé et des Affaires sociales

Olivia Grégoire

Ministre des Armées

Sébastien Lecornu

Garde des Sceaux, ministre de la Justice

Juliette Méadel

Cette radicale de gauche, un temps membre du gouvernement Valls, ferait partie des rares prises de Gabriel Attal au sein du camp social-démocrate.

Ministre de l’Agriculture et de l’Agenda rural

Aurélien Pradié

Ministre du Budget et des Comptes publics

Naïma Moutchou

Cette députée du Val-d’Oise représenterait ainsi Horizons au sein du gouvernement.

Ministère de la Transition écologique

Yannick Jadot

Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Maud Gatel

La députée de Paris Maud Gatel représenterait le MoDem.

Ministre de la Jeunesse, de la Ville et des Sports, porte-parole du Gouvernement

Karl Olive

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.