Le PEAC, un investissement en harmonie avec la nouvelle génération des moins de 21 ans

Comment fonctionne le PEAC ?
crédits : shutterstock

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Stéphane Asensio

Stéphane Asencio est avocat associé chez Redlink Avocats. Il revient pour nous sur le fonctionnement précis du Plan d’Épargne Avenir Climat (PEAC), commercialisé dès le 1er juillet, ainsi que sur ses avantages et inconvénients.

TRIBUNE. Nouveau produit d’épargne issu de l’article 34 de la Loi n° 2023-973 du 23 octobre 2023 relative à l’industrie verte et commercialisé à partir du 1er juillet 2024, le Plan d’Épargne Avenir Climat (PEAC) a pour objectif, par la pédagogie financière des moins de 21 ans, d’œuvrer à la transition écologique des entreprises, sujet majeur du XXIe siècle.

A cet effet, les titulaires du PEAC bénéficieront d’une information régulière, claire et pédagogique, facilement compréhensible pour les plus jeunes, notamment sur la performance du produit, le niveau des frais ou encore l’impact environnemental de leur plan d’épargne.

En dépit des quelques contraintes qu’impose un tel produit, le PEAC offre d’indéniables avantages pour leur jeune futur titulaire.

Des contraintes certaines :

  • Le PEAC (1 seul par personne) peut être ouvert par toute personne résidant en France à titre habituel âgé de moins de 21 ans (y compris les mineurs par leurs parents).
  • Le Plan devra mentionner « la date de liquidation envisagée par le titulaire » et sera clôturé l’année des 30 ans du titulaire au plus tard.
  • Les retraits partiels de sommes ou de valeurs sont possibles à condition que le titulaire ait au moins 18 ans et que le plan soit ouvert depuis plus de 5 ans.
  • Une fois le premier retrait effectué, plus aucun versement n’est possible dans le PEAC.
  • Les versements numéraires sont, comme pour le livret A, limités à 22 950 euros.
  • Les sommes versées sont obligatoirement investies sur des supports financiers qui affichent les labels Investissement Socialement Responsable (ISR) ou France Finance Verte.
  • Des frais de gestion ou frais de tenue de compte s’appliquent au bénéfice du gestionnaire.

Un plan qui offre nombre d’avantages :

  • La part d’actifs présentant un profil d’investissement à faible risque est égale au minimum à 70 % de l’encours du PEAC à partir de deux ans avant la date de liquidation. L’allocation évolue dans le temps pour sécuriser au maximum le capital à l’approche de l’échéance afin d’optimiser les performances du placement et minimiser les risques.
  • Il est toutefois possible d’opter pour une gestion libre de l’allocation.
  • Le PEAC n’est soumis ni à la taxation de l’impôt sur le revenu ni aux prélèvements sociaux. Il est donc fiscalement très intéressant.
  • Contrairement aux livrets, le PEAC n’a pas un taux d’intérêt fixe. Cela implique qu’il est possible de parvenir à un taux d’intérêt bien plus attractif qu’en plaçant son argent dans un livret A par exemple (taux de 3% jusqu’au 31 janvier 2025), la rémunération n’étant pas fixée par les pouvoirs publics.

Produit de finance durable, le PEAC apporte le plus « pédagogique » qui manque souvent en la matière. Souhaitons-lui alors un bel avenir !

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.