Asie du Sud : coup de chaleur et confinement !

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Ezzedine El Mestiri, fondateur du magazine Nouveau consommateur en 2003
Ezzedine El Mestiri, fondateur du magazine Nouveau consommateur en 2003

En mai dernier, la moitié des enfants pakistanais ne sont pas allés à l’école pendant une semaine en prévision d’une canicule avec des températures de six à huit degrés supérieures aux normales.

Ce pays, le cinquième le plus peuplée du monde, mais aussi l’un des plus vulnérables au changement climatique s’attend à d’autres vagues de chaleur en juin. En Inde, le thermomètre a atteint 47,8 °C à Najafgarh, dans la banlieue de New Delhi, la température la plus élevée enregistrée dans le pays ! Et c’est encore  la fermeture anticipée des écoles pour les vacances d’été.

L’Asie suffoque et sue, c’est devenu la routine ! Des vagues de chaleur exceptionnelles plus longues, plus fréquentes et plus intenses affectent notamment les Philippines et le Bangladesh, où des milliers d’écoles ont suspendu leurs cours. En Thaïlande, au Cambodge et au Vietnam, les températures approchent les 45 °C. En Birmanie voisine, où la guerre civile s’intensifie, la température dépasse les 40 °C…

Les enfants sont les premières victimes

Les premiers fragilisés par ces vagues de chaleur, ce sont les enfants. L’Unicef vient exprimer sa préoccupation quant à la santé et à la sécurité des nourrissons et des enfants. Contrairement aux adultes, ces derniers ont plus de difficultés à évacuer l’excès de chaleur de leur corps avec des risques de déshydratation, une accélération du rythme cardiaque, des crampes, de violents maux de tête et des évanouissements. Une exposition prolongée à des températures extrêmes peut perturber leur développement cérébral, entraînant des difficultés d’apprentissage, de mémoire et de concentration.

Les prévisions météorologiques ne sont pas rassurantes. La chaleur ne quittera pas de sitôt le continent asiatique. Certains gouvernements envisagent de mettre à l’abri  leurs populations en cas de danger extrême. Économie du continent au ralenti, déplacements limités, horaires des salariés aménagés, écoles fermées… Cela ressemble à ce que l’humanité a vécu pendant la crise covid-19 ! Un confinement qui ne dit pas son nom et que certains commencent à appeler « confinement climatique » !

Un stress thermique aux effets destructeurs

Confinement ou pas, nous devons prendre conscience de la réalité de ce stress thermique, en particulier les signes de coup de chaleur et nous préparer à une nécessaire adaptation au changement climatique. Dans un rapport publié en mars dernier, la Cour des Comptes rappelle que l’adaptation au changement climatique est souvent négligée par les politiques écologiques. Elle juge que la France n’a toujours pas pris la mesure de l’enjeu et demande la mise en place d’une véritable planification. Se préparer pour savoir comment réagir à des événements extrêmes, aux impacts actuels et aux dégâts futurs !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.