Climat : protéger les travailleurs !

Temps de lecture estimé : 1 minute

Ezzedine El Mestiri, fondateur du magazine Nouveau consommateur en 2003
Ezzedine El Mestiri, fondateur du magazine Nouveau consommateur en 2003

Aujourd’hui, 26,2 millions de personnes dans le monde souffrent d’une maladie rénale chronique liée au stress thermique sur le lieu de travail.

Selon un nouveau rapport de l’Organisation internationale du Travail (OIT), le changement climatique crée des risques sanitaires graves pour 70 %  des travailleurs dans le monde. Ce péril pourrait les exposer au cancer, aux maladies cardiovasculaires, respiratoires, à des dysfonctionnements rénaux et des problèmes de santé mentale.

Bien évidemment, ce désastre sanitaire aura des effets : perte de productivité, perturbation des activités, infrastructures endommagées avec des conséquences financières considérables.

Des risques nombreux

Sur une main-d’œuvre mondiale de 3,4 milliards, plus de 2,4 milliards de travailleurs sont susceptibles d’être exposés à une chaleur immodérée selon les secteurs. Surtout ceux qui exercent des activités en extérieur ou en intérieur dans des lieux mal ventilés où la température n’est pas régulée.

Aujourd’hui, 26,2 millions de personnes dans le monde souffrent d’une maladie rénale chronique liée au stress thermique sur le lieu de travail. Et 1,6 milliard de travailleurs sont exposés aux rayons UV, avec plus de 18 960 décès chaque année en raison d’un cancer de la peau. Rappelons que ce rayonnement UV solaire est nuisible pour les travailleurs en extérieur qui sont exposés à des doses quotidiennes cinq fois supérieures aux limites recommandées. S’ajoute la gravité de la pollution de l’air sur le lieu de travail entrainant jusqu’à 860 000 décès par an ! L’organisation internationale estime aussi que plus de 870 millions d’agriculteurs sont susceptibles d’être exposés aux pesticides, avec plus de 300 000 décès chaque année.

Respecter les droits fondamentaux

Il est donc clair que le changement climatique est en train de créer des risques sanitaires supplémentaires pour l’humanité. La situation est d’autant plus inquiétante que les mesures existantes peinent à faire face à ces nouveaux risques. Pour Manal Azzi, responsable sécurité et de santé au travail à l’OIT : « Travailler dans un environnement sûr et sain est reconnu comme l’un des principes et droits fondamentaux. Nous devons respecter cet engagement dans le cadre du changement climatique, comme dans tous les autres aspects du travail ».

Les considérations relatives à la sécurité et la santé devraient être incorporées aux politiques climatiques. Il est judicieux de réévaluer la législation existante, créer de nouveaux règlements pour s’assurer que les travailleurs sont correctement protégés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.