Le rebond se raconte…

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Anne Baron, directrice générale de l’association Les Rebondisseurs Français.
Anne Baron, directrice générale de l’association Les Rebondisseurs Français.

Souvent, entrepreneuriat et rebond vont de pair. Une chronique signée Anne Baron, directrice générale de l’association Les Rebondisseurs Français.

La fin d’une grande Epopia…

Transmettre le goût de la lecture et de l’écriture aux plus jeunes, telle était la mission d’Epopia… Voire bien plus. Les héros de cette belle aventure ont traversé des épreuves : nul dragon, mais entre la campagne de crowdfunding de 2013 et la liquidation de 2024, Rémy Perla, le fondateur, et son équipe auront vu l’entreprise avoir des hauts et des bas. Grandir, lever des fonds avec succès, apporter des contenus riches et de la culture pendant la covid, subir un échec aux USA à cause d’un lancement raté contre leur volonté, pivoter, signer un contrat décisif pour un nouveau produit, faire entrer un nouvel actionnaire au capital de manière contrainte, subir un impayé qui met à mal la pérennité de la société… Et un jour, et malgré toutes les tentatives pour trouver un repreneur, la décision du tribunal tombe : la liquidation judiciaire.

Pas de happy end pour Epopia… Maintenant, une page blanche pour les salariés et qui sait, une nouvelle histoire entrepreneuriale pour le fondateur qui, avec toutes ces déconvenues, a le cœur lourd aujourd’hui, mais est riche de tous ces chapitres qui font de lui un chevalier du rebond. Tout reste à écrire.

France Loisirs : une histoire de rebond

Il était une fois, en 1970, le groupe Bertelsmann et les Presses de la Cité. Ils se marièrent et eurent un enfant : France Loisirs. Ce club de livres évolue au fil des années, avec la création de Voyages Loisirs en 1981, le développement de ses boutiques ou encore le lancement du premier roman interactif. Mais l’histoire de France Loisirs est un roman plein de rebondissements : changements de propriétaires, redressement judiciaire, cessation de paiement, puis liquidation judiciaire… Jusqu’à la validation du tribunal de l’offre de reprise faite par Financière Trésor.

Un heureux épilogue pour ce modèle d’une époque qui n’a pas réussi à faire face à la concurrence des ventes en ligne et aux changements d’habitudes des lecteurs ? Oui et non. La procédure qui a été un temps un véritable page-turner dans les médias a été marquée par 469 licenciements, mais le maintien de 34 magasins. Aujourd’hui, la société du groupe Financière Trésor du Patrimoine entame un nouveau rebond avec un partenariat de vente à distance des collections Harlequin. Ce nouveau feuilleton serait-il un conte de fée ?

Un monde littéraire en réécriture

Développement des ventes en ligne, crise de la covid et confinements,  essor des liseuses, engouement pour les mangas, arrivée de l’intelligence artificielle, etc. : le monde de l’écrit évolue, s’adapte, rebondit. Les hauts et les bas créent du suspense, les péripéties entraînent ses personnages pour le meilleur et pour le pire, certains entrent dans la légende, d’autres gardent un goût d’inachevé ou vivent un dénouement tragique, mais chaque entrepreneur de ce secteur, mais aussi de manière générale, est le narrateur de sa vie entrepreneuriale.

Entouré de protagonistes clés, tels que des pairs, et doté du regard d’un auteur de roman d’anticipation, un entrepreneur-rebondisseur sait que chaque aventure est source d’apprentissages et que la valeur rebond est une marche vers le succès.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.