Vite compris le 19 janvier

Temps de lecture estimé : 2 minutes

défaillancesPresque 58 000 défaillances d’entreprise en 2023 • À chaque trimestre de l’année écoulée, l’inquiétude grimpait. Et finalement, les chiffres de défaillances d’entreprise ont bien battu les records en 2023. Avec 57 729 procédures (liquidations, sauvegardes et redressements), la France a donc connu une triste progression de 35,8 % sur un an. Et plus question de se cacher derrière le Covid-19, cette fois, ces chiffres sont les témoins d’un climat des affaires fortement dégradé. Dans ce marasme, ce sont les PME-TPE qui sont les plus touchées : 4 319 sociétés de 10 à 49 salariés ont défailli cette année. Sans compter les 52 000 procédures de défaillances qui concernent les TPE de moins de dix salariés.

Les Houthis de nouveau considérés comme une organisation terroriste • Pas touche aux affaires américaines ! Alors que la milice yéménite continue de perpétrer des attaques en mer rouge contre la marine marchande, les États-Unis ont décidé de réagir. Dans un premier temps déjà, en bombardant les points stratégiques où s’établissent les Houthis. Mais aussi en requalifiant ces rebelles en organisation terroriste. Derrière cette tentative d’intimidation, l’armée américaine s’octroie le droit de riposter de manière radicale si ses navires continuent d’être menacés. La mer Rouge, historiquement point névralgique du commerce mondial, pourrait ainsi devenir le théâtre d’un nouveau conflit international.

Christine Lagarde tempère • « Je dois rester réservée, car nous dépendons des données et […] certains indicateurs ne sont pas ancrés au niveau où nous voudrions les voir », a asséné la patronne de la BCE, concernant l’éventuelle baisse des taux directeurs en 2024. L’inflation aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en France a de nouveau accéléré au mois de décembre et cela pourrait avoir une incidence négative sur la politique de Christine Lagarde. Son institution pourrait garder hauts ses taux directeurs au moins jusqu’en été. Mais pas de quoi décourager les marchés financiers, dont le CAC40 qui a ouvert en hausse hier matin. Plusieurs indicateurs restent vecteurs d’espoir pour les investisseurs. « L’inflation pourrait converger vers la cible de la BCE à 2 % à l’horizon du troisième trimestre. Cette déflation en provenance de Chine permet de contrebalancer les récentes hausses de l’inflation », a aussi déclaré Christine Lagarde dans son allocution mi-faucon mi-colombe.

Exode lyonnais • La capitale des Gaules n’attire plus ! Entre 2020 et 2021, Lyon a vu sa population grimper de seulement 22 nouveaux habitants. Une trajectoire démographique qui rappelle celle Paris, dont nous vous expliquions il y a peu, qu’elle perdait ses habitants. Ces deux grandes métropoles souffrent du même mal : l’attraction des banlieues. Autour de Lyon, comme autour de Paris, les villes limitrophes raflent la majorité des nouveaux habitants. Les Français s’y installent par milliers pour profiter d’un cadre de vie plus tranquille. Le tout en conservant une proximité avec ces métropoles.

défaillancesRichemont au secours du luxe • Habituellement coutumiers des hauts profits, le luxe peine à retrouver de la couleur. Kering, LVMH, Hermès, et même Dior ont d’ailleurs connu quelques soubresauts boursiers ces derniers mois. Mais Richemont (la maison-mère de Cartier et Montblanc) vient de donner un signal positif. Au moment de publier ses résultats pour le dernier trimestre de 2023, le groupe suisse fait état d’une croissance robuste à 4 % (corrigée à 8 % avec les effets de change). Ni une, ni deux, Richemont a vu son cours bondir à 8 % à la Bourse de Zurich. Et dans son sillage, les valeurs françaises du luxe reprennent un peu de vigueur. Le retour d’une spirale positive pour tout le secteur ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.