Vite compris le 1er juillet

Temps de lecture estimé : 2 minutes

billetsSNCF et billets de train : l’inflation sur les rails • À la veille des vacances, les voyageurs français découvrent une nouvelle hausse des tarifs : les billets de train à grande vitesse ont augmenté de 7 % en 2023, surpassant alors l’inflation. Cette augmentation dépasse la promesse de la SNCF de limiter les hausses à 5 %, selon l’Autorité de régulation des transports. Jean-Pierre Farandou, président de la SNCF, avait pourtant assuré sur Franceinfo, en décembre dernier, que les prix des billets ne grimperaient pas autant. Les billets low-cost Ouigo ont d’ailleurs vu une augmentation de 10 %, bien au-delà de l’inflation générale de 4,8 %. Paradoxalement, malgré des prix plus élevés, l’offre de trains a diminué en raison des grèves de 2023. Cependant, la popularité croissante du train comme mode de transport plus écologique et économique offre de nouvelles opportunités à la concurrence internationale, mettant alors la SNCF au défi.

billetsSurpopulation carcérale : le nouveau standard français • Le nombre de détenus en France a atteint un nouveau sommet au 1er juin, avec 77 880 personnes incarcérées, contre 77 647 le mois précédent, d’après les chiffres du ministère de la Justice publiés vendredi. C’est le neuvième mois consécutif de hausse, marquant une augmentation de 5,7 % en un an. Cette surpopulation oblige ainsi 3 322 détenus à dormir sur des matelas au sol, contre 2 336 l’an passé. Les prisons françaises disposent en effet de 61 694 places, mais la densité carcérale globale atteint 126,2 %. De plus, au cœur des maisons d’arrêt, où sont incarcérés prévenus et condamnés à de courtes peines, la densité s’élève à 151 %, et dépasse même les 200 % dans 16 établissements. D’ailleurs, parmi les incarcérés, 20 466 sont en attente de jugement.

billetsLes Français consomment davantage ce trimestre • En mai, la consommation des ménages a bondi de 1,5 % par rapport à avril, selon l’Insee. Toutefois, sur un an, la consommation alimentaire reste en baisse de 0,7 %. Les dépenses en énergie ont également contribué à cette augmentation, avec une progression de 3,9 % après une hausse de 1,4 % en avril. L’Insee explique cette tendance par des températures plus proches des normales saisonnières après plusieurs mois chauds. Ainsi, sur un an, les dépenses énergétiques ont augmenté de 3 %. En revanche, les achats de biens fabriqués ont légèrement reculé de 0,3 %, en raison de la baisse des achats de biens durables et des dépenses en habillement textile, qui représentent alors 43 % de la consommation totale des ménages.

detteDette publique : quand la France flirte avec les sommets • La dette publique de la France a atteint 110,7 % du PIB à la fin du premier trimestre, contre 109,9 % fin 2023, selon l’Insee. Cet endettement, accru depuis la crise sanitaire, a augmenté de 58,3 milliards d’euros pour atteindre 3 159,7 milliards d’euros. Le mauvais état des finances publiques est d’ailleurs un sujet central des législatives anticipées. Malgré une légère baisse par rapport au premier trimestre 2023 (111,9 % du PIB), l’augmentation de la dette provient principalement de l’État (+44,4 milliards d’euros) et des administrations de sécurité sociale (+12,9 milliards d’euros). En revanche, la dette des administrations publiques locales et des organismes divers d’administration centrale est restée stable. Le gouvernement, avant la dissolution de l’Assemblée nationale le 9 juin, envisageait déjà un effort budgétaire de 20 milliards entre 2024 et 2025 pour réduire la dette.

Les entrepreneurs inquiets : optimisme en berne • D’après les résultats de « la nouvelle enquête terrain CCI OpinionWay », l’indicateur de l’optimisme des chefs d’entreprise en France chute à 82 points en juin 2024, une baisse notable de 9 points. Malgré ce contexte morose, 78 % des chefs d’entreprise prévoient de maintenir leurs effectifs, tandis que 15 % envisagent de les augmenter. Par ailleurs, 43 % des dirigeants estiment que les résultats des élections européennes auront un impact sur leur activité. Plus largement, 66 % craignent des répercussions de la situation politique française actuelle sur leur entreprise. Ainsi, les attentes économiques des dirigeants se concentrent sur la réduction des charges fiscales et la simplification des obligations déclaratives (72 %). Ces chiffres montrent donc une volonté de stabilité malgré les incertitudes politiques et économiques actuelles.

Crédits : shutterstock

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.