Temps de lecture estimé : 2 minutes

Antoine Noël, cofondateur et CEO de Japet Medical

« Chez nous, les femmes cadres sont mieux rémunérées que leurs homologues masculins de 17 % en moyenne », défend Antoine Noël, cofondateur et CEO de Japet Medical. Il espère que d’autres start-up lèvent les freins en faveur de la parité.

TRIBUNE. Les start-up françaises sont désormais à l’avant-garde de l’évolution vers plus d’inclusion et de diversité dans les instances dirigeantes. Grâce à des initiatives comme le Pacte Parité de la French Tech ou encore de l’Association Diversidays, elles visent des objectifs ambitieux : 20 % de femmes dans les conseils d’administration d’ici à 2025, et 40 % en 2028.

Mais au-delà des pionnières reconnues telles que Marie Ekeland et Catherine Barba, la progression reste lente, signifiant un chemin encore (trop) long à parcourir. Il y a urgence alors que nous prévoyons que la majorité des emplois de 2050 seront liés à la technologie. Il est essentiel d’agir dès maintenant pour redéfinir les normes et accélérer pour que les femmes prennent leur place.

Cartographie de l’inégalité : un bilan mitigé

Les start-up affichent des chiffres qui demandent une attention urgente : seulement un emploi sur trois dans ces entreprises est occupé par une femme. La présence féminine est encore moins marquée dans les cercles de pouvoir, avec moins de 10 % des équipes fondatrices exclusivement féminines et seulement 18 % des postes de direction occupés par des femmes. Cette sous-représentation est d’autant plus critique en matière d’équité salariale, où les femmes gagnent en moyenne 23,5 % de moins que les hommes, bien que cet écart diminue à 4 % à poste équivalent.

Le secteur médical montre cependant une voie prometteuse ou inspirante. Avec une main-d’œuvre majoritairement féminine, il a réussi à inverser certaines tendances dans les postes de décision, notamment avec 56 % des médecins de moins de 35 ans étant des femmes. Ces dynamiques peuvent servir de modèle pour stimuler la transformation dans la tech. Si on peut se féliciter de ce changement positif, il est toutefois crucial de veiller à ce que ces avancées ne soient pas compromises au moment où ces professionnelles envisagent de devenir mères.

La révolution de la parité doit être propulsée par les start-up

Notre start-up, Japet Medical, a établi des normes élevées pour l’inclusion dès sa création parce que nous souhaitons prouver que la diversité peut coexister avec le succès économique, avec une direction majoritairement féminine (six membres féminins contre seulement deux masculins), une parfaite parité au sein de notre équipe de 30 collaborateurs et enfin, où les femmes cadres sont mieux rémunérées que leurs homologues masculins de 17 % en moyenne. Cette réalité, à contre-courant des pratiques « habituelles », est un témoignage de la valeur et de l’expertise que ces femmes nous apportent et a prouvé être un moteur de rentabilité et d’innovation.

La parité, c’est aussi rendre tous les métiers accessibles, sans limite de genre

L’égalité (des chances) professionnelle entre femmes et hommes c’est bien sûr parler du salaire, mais également rendre accessibles les métiers à tous, quel que soit le genre du collaborateur. Et là encore, il y a des progrès à faire pour casser les biais conscients ou inconscients qui limitent l’accès des femmes à certains métiers dits « difficiles ». Et à la veille d’une pénurie massive de main d’œuvre technique qualifiée, il est urgent d’agir pour intégrer les femmes au même titre que les hommes. Pour ce faire, les entreprises peuvent en appeler à la technologie et à la robotique ; par exemple en proposant des exosquelettes pour rendre les emplois physiques, traditionnellement dominés par les hommes, moins pénibles et donc plus accessibles aux femmes. J’en suis convaincu : la parité recherchée dans les postes de leadership doit également s’étendre aux rôles physiques.

Au-delà d’un engagement en faveur de l’équité, je garde en tête que les entreprises qui favorisent la parité sont 8 % plus rentables ; ma démarche s’inscrit donc dans une dynamique positive, non seulement en termes d’équité mais aussi de performance économique. C’est pourquoi j’invite toutes les start-up à remodeler le paysage technologique. Notre flexibilité nous permet non seulement de changer la donne mais aussi de propager un modèle équitable et rentable à travers le secteur. En priorisant l’égalité des genres, les start-up ne préparent pas seulement le terrain pour aujourd’hui mais pavent la voie pour l’avenir technologique de 2050.

Les start-up ont le potentiel unique (le devoir) de transformer les normes industrielles. En adoptant des stratégies qui favorisent activement la parité, elles peuvent non seulement améliorer leur propre environnement mais aussi inspirer toute l’industrie. Promouvoir l’équité est non seulement un impératif moral mais aussi une stratégie profitable pour tous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.