Nouvelles Vertes, du 20 juin

Temps de lecture estimé : 2 minutes

C’est l’heure du tour d’horizon environnemental... par Ezzedine El Mestiri !

Une cour d’école écologique • Bonne initiative relatée dans le journal le Pays Malouin courant juin. A Saint-Malo, l’école Legatelois présentait son projet de végétalisation de sa cour afin de la rendre plus attrayante et écologique. Espace multisport, cabane en bois, nichoirs pour les insectes, jardinières… Ce projet découle d’un travail de concertation entre les services de la ville, les enseignants, les élus, les parents d’élèves et les enfants. Ces multiples infrastructures qui seront mises en place vont sensibiliser les enfants au dérèglement climatique. Les travaux qui s’élèvent à 250 000 euros devraient commencer dès juillet et s’achever début 2025.

espèces menacées Espèces menacées • Une étude du Comité français de l’Union internationale (UICN) pour la conservation de la nature, révèle que 56 % des espèces animales ou végétales menacées en France ne sont pas protégées. Le Nymphale brun des mangroves, papillon de Martinique, l’ange de mer, poisson de Méditerranée et de l’Atlantique, la Nomiaia des Alpes, petite araignée, des libellules… ou même des plantes. Ainsi, 1 610 espèces et plantes en danger ne font l’objet d’aucun arrêté de protection. L’UICN réclame de réduire la pression sur les écosystèmes, d’enrayer surtout la pollution, la surpêche et l’aménagement du territoire qui détruit les habitats naturels de ces espèces.

Europe : 2,7 millions de décès par an ! • Dans un nouveau rapport, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pointe quatre industries : celles du tabac, de l’alimentation transformée, des combustibles fossiles et de l’alcool. Ces secteurs sont à eux seuls responsables entièrement ou partiellement de 2,7 millions de décès par an dans la région Europe (19 millions de décès par an dans le monde, soit 34 % de la mortalité totale). Ces grandes entités commerciales bloquent les réglementations qui permettraient de protéger le public contre les produits nocifs et le marketing délétère. Ce rapport met en lumière les tactiques employées par ces industries pour maximiser leurs profits et recense les actions à mener par les pouvoirs publics, le monde universitaire et la société civile afin de réduire l’influence du secteur commercial dans le domaine de la politique de santé.

Se servir des courants marins • L’océanographe australien Shane Keating et Ocean Intelligence, la société qu’il a créée viennent de mettre au point un algorithme pour optimiser les itinéraires des porte-conteneurs en utilisant les courants marins. Une source d’énergie inépuisable dont les bateaux pourraient se servir. Cet algorithme est conçu pour les transporteurs maritimes pour leur permettre d’établir un itinéraire ne prenant pas plus de temps qu’actuellement, mais qui utilise la force des tourbillons, en étant beaucoup moins énergivore. Aujourd’hui, les scientifiques disposent d’une cartographie détaillée de tous ces courants marins qui pourraient être exploités pour réduire la consommation de carburant du transport maritime, et son empreinte carbone, qui équivaut à plus d’un milliard de tonnes de CO2 par an. Rappelons que les porte-conteneurs transportent chaque année 85 % du commerce mondial, avec 11 milliards de tonnes de marchandises, un chiffre qui devrait tripler d’ici à 2050.

crédits : shutterstock

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.