Vite compris le 8 avril

Temps de lecture estimé : 2 minutes

l'IAL’IA va transformer le travail… • « D’ici à 2027, 65 % des dirigeants estiment que l’IA va radicalement changer leur métier », affirme à ce propos Arnaud Caldichoury, le CEO de Napta. Son entreprise, spécialisée dans la gestion du staffing des cabinets de conseil, a d’ailleurs réalisé une étude sur les grandes tendances du monde du travail. Hormis l’IA, il en ressort que 55 % des consultants refuseraient une mission si le sujet n’est pas en accord avec leurs valeurs éthiques, ou encore que 37 % des postes recherchés exigent une spécialisation accrue.

…Mais l’IA va aussi transformer le tourisme • 73 % des consommateurs utilisent l’IA pour voyager, selon la nouvelle étude eDreams ODIGEO. Dans le détail, on y apprend que les jeunes de moins de 35 ans (87 % des 18/24 ans et 84 % des 25/34 ans) utilisent activement – ou sont prêts à utiliser – des outils d’IA pour améliorer leur voyage. Que ce soit pour trouver des alternatives moins chères ou alors pour se préparer un programme touristique.

l'IALes operating partners plus que jamais essentiels ! • Le cabinet Deloitte et I&S Adviser publient un livre blanc commun dédié au rôle des operating partners en France. Selon leurs observations, ce métier encore méconnu est au centre de toutes les intentions de recrutement. Les fonds d’investissement ressentent de plus en plus le besoin de sécuriser leur croissance en engageant un expert de la gestion opérationnelle. Selon les chiffres du livre blanc, le nombre d’operating partners en fonds d’investissement aurait alors été multiplié par 2,3 entre 2022 et 2023.  

Les Français toujours prêts à tout pour leurs animaux de compagniePour un sondage Rover, les interrogés révèlent qu’ils déboursent en moyenne 536 euros au moment de l’adoption de leur animal (chat ou chien). S’ajoutent à cela les frais quotidiens, toujours plus chers avec l’inflation… L’étude révèle d’ailleurs que 60 % des sondés estiment que le prix des produits pour leurs animaux ont grimpé plus vite que ceux des biens de consommation. Aussi, 57 % d’entre eux se disent prêts à se restreindre eux-mêmes pour ne pas altérer le confort de leurs compagnons à quatre pattes.

Le plan pour des panneaux solaires « made in France » • Trois grands axes ont été présentés par Roland Lescure, le ministre délégué à l’Industrie et l’Énergie et Bruno Le Maire, ministre de l’Économie. Ils souhaitent réviser le « critère d’éligibilité basé sur le contenu carbone des panneaux solaires dans les prochaines périodes de l’appel d’offres bâtiment ». Mais aussi mettre en place une prime « bas carbone » sur certains panneaux. Et enfin mettre en œuvre des nouveaux critères du règlement européen Net Zero Industry Act (NZIA) d’ici à fin 2025. L’objectif affiché ? « Produire en France d’ici à 2030 40 % des panneaux photovoltaïques que nous utilisons », répond le ministre de l’Économie.

crédits : shutterstock

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.