Brigitte Macron

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Officiellement, Brigitte Macron ne fait pas de politique…

Mine de rien, Brigitte Macron impose son agenda. Atout politique très précieux pour son époux, la « Première dame » aime aussi faire cavalier seul. Quitte à secouer.

Une bonne vieille méthode politique. Allumer un contrefeu pour détourner l’attention. En cette semaine de présentation de la réforme des retraites, Emmanuel a sorti la carte Brigitte. Une manière d’éviter que l’agenda médiatique ne soit saturé par le débat des retraites. Lundi 9 janvier au soir, veille de présentation de la réforme, la « Première dame » est l’invitée du 20 heures de TF1. Opération Pièces Jaunes. Grand classique depuis Bernadette Chirac.

Loin d’être une plante verte

L’occasion de glisser quelques confessions sur son mari. Scoop pour ceux qui n’ont pas vu l’interview : elle est d’accord avec lui. Tant qu’on y est, pourquoi ne pas dire un mot ou deux sur les retraites ? « Tout est fait pour que vous ayez une retraite », lance-t-elle aux plus jeunes d’un air rassurant. Tant pis si le lendemain, au micro de RMC, Clémentine Autain, députée LFI de Seine-Saint-Denis, s’indigne d’un mélange des genres : « On voit bien, qu’à la veille d’un grand rendez-vous, qu’est l’annonce terrible de cette réforme par le gouvernement, elle vient sympathiquement faire passer un message en profitant de sa notoriété et de sa place. Que fait la Première dame à la télévision ? Je trouve ça très curieux. Elle ressemble à une vice-présidente ».

Vice-présidente ? C’est encore peu dire. En public, Brigitte Macron joue presque à la dame patronnesse. Comme les grandes bourgeoises d’antan, elle s’en tient aux activités de charité. Du genre : « Oh moi, vous savez, la politique… ». Une fausse modestie qui confine à la langue de bois. En privé, chacun sait bien que les chemins du pouvoir passent par elle. Emmanuel Macron, esprit finalement solitaire (« Je n’ai pas d’ami » déclarait-il, en 2018, à Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel) reste pour ses collaborateurs un mystère impénétrable. Chacun aura remarqué qu’il a souvent tendance à changer d’avis… « Avec lui, c’est le dernier qui parle qui a raison » lance un conseiller presque désabusé. Brigitte Macron a l’avantage certain d’être chaque soir ou presque la dernière à lui parler.

L’Aile Madame

Au Palais, personne ne s’y trompe. Il existe une sorte de triangle : en haut trône le président. Sur les côtés, ses deux plus proches : Alexis Kohler et Brigitte. Au printemps dernier, après sa réélection, Emmanuel Macron a beaucoup tardé à nommer un Premier ministre. Kohler défend Élisabeth Borne, Brigitte préfère Catherine Vautrin, la présidente du Grand Reims. Emmanuel Macron ira jusqu’à proposer le poste à la seconde, avant de se raviser, au tout dernier moment. Au gouvernement, l’épouse du chef de l’État peut toujours compter sur de solides relais. Même si ses chouchous Jean-Michel Blanquer et Roselyne Bachelot sont partis, il reste Éric Dupond-Moretti. Elle s’est récemment prise d’affection pour Pap N’Diaye.

Aux lecteurs du Parisien, elle déclare sans fard, dans l’édition du 12 janvier : « Je recommande de faire tous les jours une petite dictée ». Madame Macron souhaite également interdire le téléphone portable au lycée et se dit favorable à l’uniforme scolaire: « mais avec une tenue simple et pas tristoune… ». Un soutien à Jean-Philippe Tanguy, député RN qui a justement déposé une proposition de loi en ce sens ?

Et que fera son mari après 2027 ? « Il y a une vie après l’Élysée, mais qui sera très difficile. Parce que l’Élysée, c’est une adrénaline permanente. Franchement, depuis 2017 je ne l’ai pas vu déconnecter pendant ne serait-ce qu’une demi-journée. Je voudrais qu’il déconnecte de temps en temps mais il ne sait pas le faire. Donc comment va-t-il faire après 2027 ?…. ». Et qui pour lui succéder ? « Oh la la ! Ah je ne sais pas ! ».

Les folles aventures de Brigitte Macron

Cette rencontre avec les lecteurs du Parisien est décidément riche en anecdotes. Ainsi, on peut apprendre que Nemo, le chien présidentiel, refuse de sortir dans le jardin sans être accompagné par sa maîtresse. Chaque jour, Brigitte Macron prépare à son mari un solide petit-déjeuner : « Je lui fais deux oranges avec un citron. Cela le fait râler tous les matins mais je lui ajoute aussi un kiwi. Et je represse un citron dans son thé. Et après il prend des céréales avec du fromage blanc. Il mange peu le matin. Contrairement à moi qui ai besoin de tartines et de fromage sinon je ne tiens pas. » Elle regarde d’ailleurs les recettes du site Marmiton pour s’inspirer.

Brigitte Macron avoue écrire chaque soir, consciencieusement, son journal intime. « Je ne veux surtout pas que quelqu’un tombe dessus. Je ne détruis pas tout, mais beaucoup. Il est dispersé façon puzzle, pour qu’on ne le trouve pas : mon angoisse, c’est qu’on me lise. » Chacun ses petits secrets.


Les indiscrets d’ERB

Borne : prière de rester à quai • Quand Emmanuel Macron a appris que sa Première ministre projetait de passer les fêtes de Noël à bord du porte-avions Charles de Gaulle, pour exprimer son soutien aux militaires, il a immédiatement demandé l’annulation du déplacement. Hors de question que « la Première » marche sur ses plates-bandes élyséennes… Une information révélée par Le Point.

Marlène Schiappa rattrapée par un tweet de 2015 • « Après 50 ans on ne t’embauche plus mais le Medef veut que tu partes à la retraite à 67 ans… Pendant 17 ans, tu fais quoi ? ». En 2015, Marlène Schiappa, alors proche du Parti socialiste, se fendait d’un tweet exprimant son refus d’augmenter l’âge de la retraite. Aujourd’hui, elle est ministre d’un gouvernement qui s’apprête justement à augmenter l’âge de départ à 64 ans. Comme le temps passe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.