Repères 2020 : chaudes heures en France

Élections municipales, championnat d’Europe de foot, ouverture à la concurrence pour la SNCF… 2020 sera riche dans ce pays meurtri par 45 jours de grèves, symptômes d’un besoin de violences plus que revendications fléchées. Dates choisies pour calendrier éclectique.

Janvier

• Depuis le 1er janvier et jusqu’au 31 décembre, deux villes françaises sont sous le feu des projecteurs. Lille, élue capitale mondiale du design 2020, a décroché ce titre recherché, attribué tous les deux ans, pour la valorisation réussie de son potentiel design propre à booster son développement local.

• Toujours dans les Hauts-de-France, la ville d’Amiens s’impose, elle, cette année, comme la capitale européenne de la jeunesse. Après deux premières tentatives, la troisième aura été la bonne pour cette cité forte de 50 000 jeunes. Deux bonnes nouvelles pour une région française loin d’être épargnée par les difficultés économiques.

• Seuils d’effectifs des entreprises regroupés sur 3 niveaux (11, 50, 250 salariés), réduction des tarifs de formalités au Répertoire des métiers, mise en place définitive de la sécurité sociale des indépendants, réduction d’impôt aménagée pour le mécénat… Mesures phares

pour les entreprises, en vigueur depuis le 1er janvier dans le cadre de la loi Pacte.
• Le 31 janvier, après près de trois ans d’attente, le Brexit est devenu réalité, presque. Car une période de transition s’ouvre jusqu’à la fin 2020 : le Royaume-Uni – sorti des institutions européennes – continuera de vivre selon les règles de l’Union. Avec une possible extension de cette transition durant un ou deux ans ! D’ici là, le flou reste entier quant au scénario de sortie : Brexit avec accord commercial ? Ou véritable « no deal » ? Une question cruciale, même pour les pays voisins. La France en tête qui aurait encore plus à perdre en cas de Brexit brutal : une facture estimée à 3 milliards d’euros de pertes d’exportations.

Février

• Le salon de l’Agriculture de Paris battra son plein du 22 février au 1er mars, dans un contexte tendu. Face « à un modèle agricole français arrivé à bout de souffle », selon la ministre de la Transition écologique Élisabeth Borne, la question du « produire autrement » dans le respect des exigences environnementales s’invite au cœur des débats. Dès avril 2020, la Commission européenne présentera d’ailleurs sa stratégie européenne pour verdir la Politique agricole commune (PAC).

Mars

• Le scrutin des élections municipales de mars s’annonce plus indécis que jamais. Car si les partis traditionnels ont été atomisés par l’ascension de la République en Marche, le parti de Macron n’existait pas aux dernières élections. Il ne compte donc aucun maire élu. Dans nombre de grandes villes, Bordeaux, Marseille…, les enjeux sont donc colossaux et l’incertitude totale. C’est le cas à Paris, avec deux figures clés de LREM (Benjamin Griveaux et Cédric Villani) qui défient Anne Hidalgo et Rachida Dati.

Mai

• La célébration, le 8 mai, des 75 ans de la capitulation de l’Allemagne nazie, revêt cette année une portée géopolitique particulière. Et pour cause : Emmanuel Macron ira à Moscou pour ces commémorations de la victoire de l’Armée Rouge. Les Russes accordent la plus haute importance à ces célébrations qui ont été boudées par les Occidentaux depuis l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014. Un geste fort en faveur de la normalisation des relations bilatérales entre la France et « le pays de Poutine ».

Juin

• Les champions du monde français de football connaîtront un parcours difficile à l’Euro 2020, dès le 16 juin, date de leur entrée en lice dans le groupe F. Un match contre l’Allemagne pour commencer, contre le Portugal pour terminer… Entre les vainqueurs du Mondial 2014 et les tenants du titre européen, les Bleus devront employer les grands moyens pour se qualifier aux huitièmes de finale de ce championnat d’Europe de football.

Septembre

• C’est l’autre grande campagne de l’année 2020 : les élections sénatoriales fin septembre marquées par le renouvellement de 178 sénateurs sur 348. Si les sénateurs ne sont pas directement élus par les électeurs, ils le seront par de « grands électeurs » : délégués des conseils municipaux, les maires et souvent le premier adjoint en tête. C’est dire si l’enjeu des prochaines municipales est de première importance pour les sénateurs sortants.

Novembre

• Après l’échec de la COP 25, vivement la COP 26 ! Organisée en Écosse, à Glasgow, cette 26e conférence des Nations unies sur les changements climatiques concrétisera-t-elle le premier accord universel signé en la matière en 2015, à Paris, lors de la COP 21 ? Alors que les signataires ne sont pas parvenus, depuis, à s’entendre sur des mesures décisives pour réduire les émissions de CO2, les politiques français seront largement attentifs aux échanges de cette COP 26. Élections municipales obligent, de nombreux maires appellent d’ores et déjà à l’organisation de COP 26 territoriales partout dans l’hexagone.

Décembre

• La bataille du rail commence enfin, elle va mettre un terme aux 82 ans de monopole de la SNCF sur les lignes françaises ! Les services dits conventionnés tels que les TER ou les Intercités sont les plus concernés par cette libéralisation qui a débuté dès fin 2019. Pour les services commerciaux des TGV, cette libéralisation devrait commencer dès le 14 décembre 2020. Un sujet qui divise les régions françaises : méfiance des unes quand d’autres sont galvanisées par la promesse d’une baisse des coûts.
sélection assurée

Charles Cohen

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.