Pôles d’Emplois

2e volet du dossier “Travailler demain”

On ne sait pas toujours précisément pourquoi : il existe en France des territoires, des vallées, des bassins où la ressource rare n’est pas l’emploi mais le candidat ! Où les taux de chômage tendent vers zéro. En novembre 2018, le Journal du Dimanche a publié le panorama dressé par Adecco Analytics de ces régions où les patrons se désespèrent de ne pouvoir recruter les compétences voulues. Le mot est lâché : compétences. Car le diagnostic est partagé : l’emploi en France souffre du manque de formations adaptées à la demande. L’économiste Elie Cohen l’affirme : « [Les chefs d’entreprise] se déclarent limités par la capacité à trouver les talents qu’ils cherchent. » Un constat repris par le Medef sans cesse arcbouté sur « l’inquiétant déficit de compétences » que Pôle Emploi traduit par sa liste de métiers « en tension ». D’un bout à l’autre de l’échelle sociale.

Compétence insuffisante, sous et sur-qualification

Guère étonnant, ça « coince » en France du côté des formations liées à l’emploi : selon l’OCDE, 32 % des adultes en ont bénéficié en 2017 (12 % chez les adultes peu qualifiés) quand ils sont 55 % au Danemark, en Norvège, en Finlande et… en Nouvelle-Zélande. Effort d’autant plus insuffisant que l’Organisation de coopération de développement économique relève « un faible niveau de compétences élémentaires » des Français/es par rapport aux autres pays. Nous sommes ainsi réputés cancres en « numératie » et « littératie », ces vocables étranges qui désignent respectivement l’aptitude à comprendre et à utiliser l’information écrite dans la vie courante comme comprendre et utiliser les données mathématiques. Les Français/es ne brillent pas par leurs compétences en informatique et électronique, en mécanique, en enseignement, en formation et en management, alors que la vente, le marketing et le conseil drainent beaucoup trop de pros ! Les statistiques de l’enquête de l’OCDE en disent long : 35,1 % des salariés français pratiquaient en 2017 un métier sans la qualification voulue. 23,4 % exerçaient de façon sous-qualifiée et 11,7 % alignaient une compétence supérieure au besoin ! Les derniers gouvernements ont compris l’enjeu. Qu’il s’agisse du Compte personnel de formation estampillé Hollande – avec sa portabilité des droits à formation indépendants de l’emplo

yeur – et corrigé Macron ou de la réforme de la formation lancée par Édouard Philippe, la prise de conscience semble acquise. Reste à en simplifier les modalités comme le suggère l’OCDE, en comprenant au passage que la tranche d’âge 45-65 ans « plombe » littéralement les mauvais résultats français – compétences détériorées, participation aux formations faible.

Villes recruteuses et régions demanderesses

Adapter le contenu des programmes d’enseignement professionnel ? On nous explique que l’on s’y emploie. Mais le mammouth Éducation nationale prendra son temps avant que les enseignants suivent « en permanence l’évolution des pratiques en entreprise » (recommandation OCDE). À l’heure où l’exécutif réforme le Code du travail – Loi Pacte – et supprime les « emplois aidés », les statistiques du chômage en France repartent à la hausse, avec, à la clé, cette surprenante quoique plausible explication de Muriel Pénicaud, ministre du Travail : « Quand le marché de l’emploi repart, des gens qui avaient renoncé à trouver un travail s’inscrivent à Pôle Emploi dans l’espoir de profiter de la reprise économique… » Vingt villes au moins cherchent à recruter dans la restauration, le tertiaire, l’administration… (lire carte). De quoi s’étonner qu’un électricien confirmé ne hèle sur France Inter (3 janvier) le ministre de l’Économie Bruno Le Maire en expliquant n’avoir jamais reçu la moindre offre de Pôle Emploi. « La demande existe, pourtant », s’est étonné le ministre. Au lieu de radier les chômeurs ou de les obliger à accepter une offre « raisonnable », peut-être vaudrait-il mieux les former et leur proposer des postes conformes à leurs compétences. Encore un effort, M. Pôle Emploi.

Par Olivier Magnan

Les CDI ont progressé de 0,8 % au premier trimestre 2018 par rapport à 2017 (selon l’Agence centrale des organismes de Sécurité sociale, Acoss). L’étude Besoins en main-d’œuvre, menée par Pôle Emploi auprès d’un million d’entreprises, révèle l’essor de plusieurs bassins d’emploi.
Le magazine Capital a dressé la liste en 2018 des vingt villes françaises en recherche de recrutements tous azimuts.

Au Sommaire du dossier Travailler demain

1. Etat des lieux et tendances

Interview de Julia de Funès

2. Pôles d’Emploi

3. Le travail, ça se travaille… dans l’avenir

RÉTROSPECTIVE : Le travail en France : une brève histoire du Code

 

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.