Une femme libre

Dites-moi, Anny Duperey…

La comédienne, qui fête ses 55 ans de carrière, fait paraître Le rêve de ma mère. Elle sera sur la scène du théâtre des Mathurins le lundi 12 avril dans le cadre d’Un soir avec… que j’anime avec Mathieu Wilhelm.

Toute votre carrière, depuis Un éléphant ça trompe énormément, jusqu’à la Famille formidable sur TF1, on a l’impression que vous êtes une femme de troupe !

Exactement. Un de mes profs d’art dramatique m’a toujours dit une chose : « Fais en sorte que ton partenaire soit le meilleur possible. Ainsi il nous renverra tout ce qui nous rendra meilleur à notre tour. » Et puis j’aime bien les copains et je crois être une bonne camarade ! Mais c’est vrai, quand je repense à toute la bande Brasseur, Bedos, Dabadie, Rochefort, je me dis que je suis la dernière, ça fait un peu peur…

Lors de l’arrêt de la série sur TF1, j’ai ouï dire que vous vous êtes sentie libérée…

Ce dont je suis heureuse, c’est des propositions que j’ai reçues par la suite. Mon ambition a toujours été de me faufiler en zigzag et de pouvoir entreprendre plein de choses différentes. Et vous imaginez bien que vivre 26 ans avec un personnage, ça laisse des marques. Mais surtout vis-à-vis des autres réalisateurs qui nous astreignent ensuite à un seul type de rôle… Eh bien là, pas du tout ! On m’a fait jouer des choses totalement différentes, à l’opposé de ce dans quoi l’on m’avait vue toutes ces années. Ouf…

Peut-on imaginer un retour au théâtre d’Anny Duperey ?

J’aimerais beaucoup… Mais vous savez, avec cette période épouvantable, il y a tellement de projets qui se sont ajournés qu’il existe une liste d’attente gigantesque… Bon, je serai néanmoins avec vous pour une sympathique soirée le 12 avril au théâtre des Mathurins. Croisons les doigts !

En attendant, on vous retrouve en librairie, c’est votre autre facette ? Votre terrain de jeu favori ?

Oui, c’est vraiment en tant qu’écrivaine que je me dévoile le plus. La preuve avec mon dernier livre, Le rêve de ma mère. C’est le récit de tout mon parcours artistique possiblement guidé par mes anges, et j’en ai beaucoup ! Je me suis rendu compte que toute ma vie a été tracée vis-à-vis des proches que j’ai perdus, et aux rêves que ma mère n’a jamais pu réaliser. Alors je les accomplis pour elle, aussi.

Le rêve de ma mère, Anny Duperey (Seuil)

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.