« Les Entreprises libérées » de Philippe Bercovici et Benoist Simmat

Le modèle classique d’organisation des entreprises, tout comme des administrations, est le même depuis deux siècles, et il est en crise. Aujourd’hui, la démotivation, le mal-être et la sous-performance qu’il occasionne ne peuvent plus être tolérés dans un monde en évolution permanente. Nées aux Etats-Unis, les entreprises ” libérées ” ambitionnent de réconcilier travail et bonheur pour tous les collaborateurs. Dans des firmes comme Gore ou Harley-Davidson, il a été question de redonner aux salariés liberté et responsabilité d’action, pour de meilleurs résultats économiques. Après quelques dizaines de pionniers un peu partout dans le monde, un véritable mouvement de libération est né en France et en Belgique dans les années 2010, impliquant plusieurs centaines de sociétés et d’administrations. Les acteurs de ce mouvement, personnages hauts en couleur, sont des sujets de reportage idéaux pour la première enquête économique dessinée sur cette nouvelle philosophie d’entreprise. Les auteurs sont partis à leur rencontre pendant une année, d’août 2015 à juillet 2016. Sous forme de reportage ils racontent les PME, les multinationales ou même les administrations qui, de Bruxelles à Paris, de la Loire-Atlantique à la Picardie, vivent cette transformation radicale du travail. De Michelin à Chrono Flex, de Kiabi à IMATECH ou même le ministère (belge) des Transports, cette nouvelle philosophie du travail qui affirme créer des salariés autonomes et responsables, donc épanouis, est-elle une voie de transformation pour nos sociétés ?

« Les Entreprises libérées », de Philippe Bercovici et Benoist Simmat, éd. Les Arènes, 2016

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici