Jacques Weber s’empare de Tchekhov

Monstre sacré du théâtre et fin connaisseur de l’œuvre de Tchekhov, Jacques Weber lui avait consacré un essai il y a une vingtaine d’années. En cette rentrée, il s’associe à Peter Stein, figure majeure de la mise en scène européenne, pour donner vie à trois courtes pièces de jeunesse : Le chant du cygne, Les méfaits du tabac et Une demande en mariage. Le duo se retrouve ainsi après Labiche, Beckett et Molière ces dernières années, un partenariat qui a procuré une véritable une seconde jeunesse à Weber. Le comédien protéiforme incarnera ici un vieil acteur qui se réveille dans un théâtre vide après une bonne cuite, un mari tyrannisé par sa femme et un père qui doit marier sa fille à un prétendant hautement problématique. Une passion commune des mots et de l’harmonie qui s’en dégage, une osmose d’esprit. À ne pas rater !

Théâtre de l’Atelier à partir du 22 septembre (Paris 18e)

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.