Madame Butterfly : vertige de l’amour !

Madame Butterfly, qui était paraît-il l’héroïne préférée de Puccini, est plus ou moins inspirée d’une histoire vraie, celle d’une geisha qui donna naissance à l’enfant d’un officier de marine américain. Bien sûr, la figure a été étoffée pour en tirer d’abord une nouvelle, puis une tragédie, et c’est en voyant cette pièce que Puccini a voulu concevoir une œuvre lyrique, devenue assurément l’un de ses opéras les plus populaires avec Tosca et La Bohème. À Paris, Bob Wilson signe une mise en scène que les Parisiens connaissent bien puisqu’elle avait été créée il y a plus de 25 ans, en 1993. Tollé gigantesque un peu justifié à l’époque, car on n’avait encore jamais vu une production aussi minimaliste d’un opéra de Puccini ! Aujourd’hui, la froideur ambiante est à peu près digérée ! C’est certes un peu dommage pour les amateurs de jardins japonais, mais beaucoup de points positifs dans cette reprise de Madame Butterfly : des éclairages, des jeux d’ombres et de lumière somptueux, une direction musicale très fine, très précise, signée Giacomo Sagripanti, avec les voix sublimes d’Ana-Maria Martinez, Marie-Nicole Lemieux et Laurent Naouri qui vont comme toujours tutoyer les anges !

Opéra-Bastille jusqu’au 13 novembre

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.