Que valent les MBA des IAE ?

Alternative sérieuse aux business schools, les IAE – accronyme auxquel il faut aujourd’hui ajouter School of Management pour de nombreuses entités – gagnent doucement mais sûrement leurs lettres de noblesse sur le terrain de la formation continue.

Bien sûr, le plan d’action du réseau pour se faire une place au soleil reste de renforcer la position et la notoriété des IAE à l’international. Au mois de février, le réseau IAE France a ainsi annoncé une convention de partenariat avec Campus France, l’organisme public créé dans le but de promouvoir à l’étranger le système d’enseignement supérieur français. Plus globalement, les IAE comptent 1 400 partenaires internationaux et poursuivent l’internationalisation de leurs programme en France dans le souci d’accueillir davantage d’étudiants étrangers. Ils proposent aussi des cours, voire des cursus complets, en anglais – programmes anglophones qui ont déjà rencontré un certain succès avec des participants venus du Pakistan, de l’Angola ou encore du Nigéria. Le réseau IAE prévoit aussi de participer aux grands salons institutionnels que sont APAIE (Asia-Pacific Association for International Education), NAFSA (Association of International Educators) et EAIE (European Association for International Education) pour accroître la visibilité des établissements et favoriser la concrétisation de partenariats, comme celui à l’œuvre avec l’université de McGill (Canada) qui permet l’accueil de 30 étudiants d’IAE pour y étudier par petites cohortes.

Des MBA qui confirment la modernité intrinsèque des IAE

Mais pour exister sur le marché mondialisé de l’executive education, le réseau historique (créé en 1956) n’a pas eu d’autre recours que de se lancer aussi dans la bataille des MBA. Que valent ces formations délivrées par ces fameux instituts d’administration ? Analyse.

Aux origines, Gaston Berger, philosophe, haut fonctionnaire et surtout initiateur des IAE, s’est largement inspiré des MBA d’outre-Atlantique, avec cette vision généraliste et transversale du management. Sur le papier, c’est d’abord le Certificat d’aptitude à l’administration des entreprises (CAAE) qui a vu le jour, puis, avec la réforme licence-master-doctorat (LMD), le Master de management et de gestion des entreprises (MAE) a pris le relai. Une formation, certes distincte du MBA, mais qui a permis à de nombreuses écoles du réseau de concevoir une offre MBA solide, appuyée sur un avoir-faire éprouvé en matière d’ingénierie pédagogique.

En 2018, neuf des 32 établissements du réseau ont mis en place un MBA, avec 21 cursus distincts à la clé. Chaque IAE ne dispose donc pas d’un MBA. Un signe de sagesse pour éviter de galvauder le précieux sésame ? Chaque établissement, comme à l’accoutumée, a développé ses spécialisations pour répondre aux besoins des entreprises. Et, a minima, peut-on trouver dans une offre pléthorique, un master en management et en gestion des entreprises, le diplôme phare du réseau, comme tel est le cas à Metz ou Grenoble. D’autres IAE ont réalisé d’autres paris pour davantage internationaliser leurs cohortes en pariant sur la formule executive, à l’instar de l’IAE de Nice ou de celui de Lyon. Par exemple, l’IMBA d’iaelyon est un programme exécutif entièrement enseigné en anglais pendant 11 mois. Des conférenciers, professeurs et praticiens internationaux viennent partager leurs connaissances et leur expertise avec une classe culturellement diversifiée.

La spécialisation historique et sectorielle au service du MBA

D’autres établissement par ailleurs font le choix de la spécialisation sectorielle. Le Master of Business Administration in the Security, Defense, and Space industries (MBA SDS) de l’IAE de Nice est un programme d’un an, entièrement enseigné en anglais et conçu pour les professionnels des secteurs de l’aérospatiale, la sécurité, la protection civile, et la défense. Il prépare ainsi les candidats à des postes de direction avec une compréhension unique de l’environnement commercial des secteurs clés de la souveraineté nationale, en leur fournissant les compétences nécessaires pour fonctionner avec succès : les instructeurs abordent le cours en ayant à l’esprit les défis pratiques de la gestion, en s’appuyant sur une expérience de terrain pertinente et en allant bien au-delà de la fourniture d’informations de base et de connaissances théoriques. À Strasbourg, la focale est orientée sur des spécialités telles que le marketing et la stratégie de la pharmacie ou bien encore au management stratégique de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE). L’IAE de Savoie-Mont-Blanc, lui, est historiquement tourné vers l’innovation touristique.

Des choix payants en termes de qualité de contenus, de débouchés… et de notoriété : le dernier classement SMBG Eduniversal, a rendu ses enseignements. Côté full time, l’Executive MBA de l’IAE Aix-Marseille Graduate School of Management a été classé 10e et le MBA Master Administration des Entreprises de l’IAE Paris le suit de près avec une douzième place. Dans la catégorie EMBA part time, l’Executive MBA de l’IAE Aix-Marseille Graduate School of Management, l’International MBA de l’IAE Paris et l’International MBA de l’IAE Lyon School of Management se classent respectivement aux 15e, 17e et 20e places.

Au service des décideurs de demain

Enfin, rappelons que ce diplôme généraliste vise à donner des armes managériales et de gestion à des profils déjà diplômés (juristes, ingénieurs, médecins…), en activité ou en plein virage de carrière. L’approche pédagogique mise en oeuvre est celle des cas, méthode inductive qui permet à l’auditeur, au travers de l’étude de situations réelles d’entreprises, de passer du concret aux concepts. La variété des profils (ingénieurs, juristes, littéraires….), et leur mélange dans des groupes à effectif réduit (25 participants environ par groupe au maximum) contribuent à renforcer le caractère original de cette pédagogie, dispensée par des enseignants universitaires charge du programme, auxquels viennent s’ajouter plus de 300 chargés d’enseignement, professionnels, cadres, consultants, et praticiens d’entreprise. Quant à la reconnaissance et l’appellation de ces diplômes, elles ne sont pas sans subtilité. Le Master d’administration des entreprises donne également aux participants diplômés un certificat… de MBA, délivré par l’IAE de Paris – et se traduit au plan international par l’appellation «MBA» (Master of Business Administration). Gare donc aux confusions.

Geoffroy Framery

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.