Les 6 secteurs « tendance » pour les cadres

Les CSP + ont de quoi se réjouir : dans un panel assez hétéroclite de secteurs, leur profil tient la cote aujourd’hui, et encore plus dans les années à venir. On vous explique où exactement et pourquoi.

Avec un taux de chômage enfin passé sous la barre symbolique des 9 % et pas moins de 2,6 millions d’intentions d’embauches en 2019 selon Pôle Emploi, les années à venir annoncent des cuvées encore meilleures pour les cadres, catégorie la moins exposée au sous-emploi.

1 – Banque/Assurance

Alors que le secteur des services devrait continuer à entraîner la dynamique emploi dans les années à venir (72 % des recrutements de cadres en 2019 d’après la dernière étude annuelle de l’Apec), celui de la banque et de l’assurance abat ses atouts. Avec des niveaux de réalisation et d’intention de recrutement en hausse de 7 et 11 points par rapport à 2018, selon la dernière note de conjoncture de l’Apec. « La place de Paris devient de plus en plus attractive et bénéficie de l’instal­lation à Paris de l’Agence bancaire européenne et du retour d’expatriés travaillant sur les marchés financiers, expliquent les experts du cabinet Michael Page dans leur étude de Rémunération 2020, et ce, disent-ils, dans un secteur marqué par la montée des GAFA dans les services financiers, l’émergence des néobanques et la numérisation de l’expérience client. »

2 – Informatique

Sans surprise, les créations d’emplois concernent en premier lieu « les informaticiens face à la numérisation de l’économie », comme le rappelle une étude de France Stratégie et de la Dares sur Les métiers en 2022. Les experts évoquent 150 000 emplois à pouvoir chaque année dans ce domaine. Un constat partagé par l’Apec : « Avec près de quatre recrutements sur dix prévus en informatique et en études-R&D, ces deux fonctions demeurent celles qui devraient avoir recruté le plus en 2019. » Soit une hausse entre 10 et 19 % des embauches en informatique et entre 4 et 12 % pour les études R&D.

… et nouvelles technologies

« Si l’accélération numérique demande aux entreprises de tous les secteurs d’intégrer de nouvelles compétences », commente Martin Villelongue, directeur exécutif chez Michael Page, 85 % des emplois de 2030 n’existeraient même pas encore, d’après une étude de Dell et l’Institut pour le futur. D’ores et déjà, l’intelligence artificielle, la robotique ou la réalité virtuelle « transforment les métiers existants et en créent de nouveaux », confirme Jean Flamand, expert chez France Stratégie. Data scientist, roboticien, pilote de drone civil, imprimeur 3D…, « les entreprises de tous les domaines s’arrachent ces profils rares qui sont pour certains déjà une réalité », complète-t-on chez Pôle Emploi.

3 – Santé

Face au manque patent de professionnels de santé dans les hôpitaux, cliniques, maisons de retraite, etc., ce secteur sous tension va donc continuer à recruter. Les infirmiers et les sages-femmes font partie des métiers qui devraient bénéficier du plus grand nombre de créations d’emplois d’ici à 2022, selon France Stratégie. Vieillissement de la population oblige, les métiers des soins et d’aide auprès des personnes âgées tiendront le haut du pavé. En particulier, les professionnels de l’action sociale devront répondre aux besoins des seniors et des personnes handicapées dont le nombre grimpe, à un rythme pourtant moins soutenu que lors des décennies précédentes.

4 – Industrie et BTP

Bonne nouvelle pour les ouvriers qualifiés, techniciens de maintenance et ingénieurs : l’emploi restera le plus dynamique pour eux dans l’industrie, surtout les secteurs de pointe comme l’aéronautique, l’énergie ou la mécanique. Avec 15 % des recrutements prévus en 2019 selon l’Apec, l’industrie devrait d’ailleurs se targuer d’une hausse des prévisions de l’ordre de 3 à 12 % par rapport à 2018. Dans le secteur de la construction, le volume d’embauches est au moins équivalent à celui de 2018 (354 848 emplois, selon le baromètre Adecco). L’emploi y sera dynamique pour les ouvriers qualifiés du second œuvre (électriciens, plombiers, menuisiers) en raison d’un grand nombre de départs à la retraite et de la mise aux normes environnementales des bâtiments. Mais aussi grâce aux projets du Grand Paris, à la bonne tenue des permis de construire ou encore aux mises en chantier.

5 – Commerce/Vente

Selon le baromètre Adecco, les cadres commerciaux, mais aussi financiers, font partie des métiers sur lesquels s’enregistreront le plus de créations d’emplois. Car les départs en retraite vont créer de gros besoins de cadres dans ces domaines alors que les entreprises demandent des managers efficaces dans une conjoncture complexe et très concurrentielle. Rien d’étonnant à voir que la vente et le commerce arrivent en tête des secteurs qui recruteront le plus, toujours selon le même baromètre qui évalue à 544 181 (précision oblige !) les postes pourvus et à pourvoir pour l’année 2019.

Charles Cohen

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.