Comment l’on recrute dans le monde 3.0

Encore une fois Leonardo da Vinci ! C’est lui qui aurait conçu et rédigé le premier CV. Cinq cents ans plus tard, le/la candidat/e a affaire parfois à de curieux recruteurs et son CV est en ligne. “IA”-t-il encore un recruteur humain, se demandera-t-on sous peu. Réellement, aujourd’hui, des IA recrutent. Idées.

États-unis

Souriez, vous êtes décortiqué
La solution IA HireVue identifie les traits de personnalité, comportements et informations clés depuis un enregistrement vidéo et une mise en situation par des jeux. La solution propose en outre de programmer automatiquement la prise de RDV et de gérer le processus de recrutement. Intérêt : abaisser les risques d’erreurs de recrutement, gagner du temps. L’IA annihile les biais inconscients.

Rezscore, la sagesse de la foule
Le candidat soumet son CV sur le site rezscore.com. Une IA va l’optimiser et indiquer de quelle manière il est lu par un recruteur virtuel. Les services d’analyse automatique de CV existent depuis longtemps – jobetic en France. Mais la start-up va plus loin en se basant sur le crowdsourcing ou la sagesse de la foule grâce aux interactions des membres. Chaque candidat « vote » sur les annonces pour enrichir les performances de la machine et indiquer les erreurs. Résultat : le système lie automatiquement les meilleures offres au CV.
Intérêt : pour le candidat, obtenir l’offre qui lui correspond sans modifier son CV. Pour le recruteur, bénéficier d’informations précieuses pour embaucher rapidement.

Recrutement par drôle de drone
Comment toucher les meilleurs talents de la Silicon Valley ? L’agence de voyages Kiwi.com a lancé des drones munis d’une banderole : « Nous recrutons devant les fenêtres des immeubles des collaborateurs des start-up et grandes entreprises de la capitale des techs. » Ils ont osé ! Intérêt : un dispositif efficace et peu onéreux, provocateur, drôle, l’assurance d’être vu. Encore faut-il que l’intéressé/e puisse noter le contact très discrètement !

Google Hire  lance des colles
« Capturer et suivre les candidats de manière transparente, les gérer tout au long du processus de recrutement, collaborer avec les équipes d’embauche via le chat… » Quelques-unes des fonctions proposées par Google. Qui affiche en outre dans les rues des cités de la Silicon Valley un casse-tête mathématique pour recruter les meilleurs informaticiens parmi les millions de candidatures reçues chaque année ! Les candidats qui ont trouvé la réponse (une adresse de site Internet) ont rencontré sur la page un deuxième casse-tête… Intérêt : diffuser une annonce en quelques instants et accéder à des rapports d’analyses tout au long du processus de recrutement. Le dispositif d’affichage sélectionne naturellement les meilleurs et les plus curieux, en inversant la charge de traitement.

Irlande

Compétence à distance
La plate-forme Abodoo apparie les candidats aux postes en se basant non pas sur le lieu, mais sur les compétences et le télétravail.
Intérêt : recruter et travailler à distance, faire évoluer les entreprises tout en répondant aux aspirations des talents.

Inde

CVWiz scrute et recrute
L’entreprise de Bombay (Mumbai) aide les recruteurs à identifier rapidement les candidats et leurs compétences. CVWiZ propose également une automatisation du recrutement. Il fournit un référentiel centralisé basé sur le cloud avec des fonctions telles que la recherche rapide, la recherche avancée, la gestion de talents, etc. Ce dispositif va au-delà de l’approche traditionnelle de la recherche par mots-clés et aide les recruteurs à trouver les candidats les plus appropriés pour le poste. Sont compilés les compétences des candidats, le type de projets sur lesquels ils ont travaillé, le type de culture de travail dont ils sont issus.
Intérêt : bénéficier d’analyses de données pour valider le recrutement et l’adéquation de la personnalité au poste comme à l’entreprise.

Royaume-Uni

Dans la peau d’un combattant
L’armée de terre britannique fait appel à la réalité virtuelle pour séduire les candidats en leur faisant vivre une expérience inédite. Une fois les lunettes VR enfilées, le candidat va conduire un char, vivre un saut en parachute ou encore participer à un combat de rue. Chacune de ces expériences s’intègre dans une application personnalisée via laquelle la recrue potentielle choisit son expérience pour ressentir le « réel » virtuel de la situation.
Intérêt : durant cette période de recrutement, l’armée a obtenu 66 % de candidatures supplémentaires. Elle dispose également des données du candidat pour lui proposer le poste le plus adapté à ses réactions et à son profil.

Allemagne

Vrais emplois à la TV
De véritables offres d’emploi du supermarché Penny ont été glissées dans une série de téléréalité d’outre-Rhin. Les téléspectateurs étaient invités à utiliser WhatsApp pour adresser une candidature au poste proposé dans la scène. Le chatbot, en reprenant la séquence TV, a géré les interactions et les candidatures. Intérêt : c’est vraiment innovant, de quoi doper la marque employeur et les interactions. Et embaucher rapidement : 186 personnes ont été recrutées chez Penny en quelques instants !

Pizza au QR Code à la tomate
Autre tentative à l’allemande : une pizza spéciale, recouverte de sauce tomate qui dessine un QR code. Le lire sur son smartphone vous fait atterrir sur la page d’offres d’emploi de Scholz & Friends : le QR Code ne figurait que sur les commandes d’employés issus d’entreprises créatives ! Intérêt : séduire les créatifs avec appétit.

France

Wan2bee remplace la pub
Le slogan d’affichage est alléchant : « Ne cherche plus, ton job vient à toi. » On sélectionne cinq domaines et l’on consulte les offres. Ou plutôt, elles s’affichent dans la navigation, aux lieu et place de ces pubs qui nous agressent. Ce n’est qu’un début, mais il est limité à 19 grands domaines, très larges. « La deuxième version prévoit une suite de fonctions qui incluent le suivi du statut des candidatures, la création de CV et l’automatisation de la candidature sur plusieurs milliers d’offres d’emploi », explique la start-up. Intérêt : les offres surviennent à tout moment dans la navigation courante.

Chine

Le robot recrute
« Aidez les ressources humaines des entreprises à gagner du temps et à intégrer les nouveaux employés, gérer la période d’essai, les questions et réponses ou mettre en place un processus de recrutement. » Ainsi se présente le robot personnalisable de Laie Technology Network. Il faut quelques clics pour paramétrer ses fonctions. Intérêt : comme le dit le robot, accompagner les candidats et les intégrer plus rapidement, tout en libérant les RH des questions courantes.

Australie

Kit d’embauche Ikea
Une notice d’instruction pour assembler son avenir. C’est ce qu’a proposé avec humour le géant suédois dans les emballages de ses produits. Le système a fait le buzz et les sympathisants de l’enseigne ont coopté leurs proches. Intérêt : une campagne à faible coût
et 280 embauches réalisées.

Singapour

Gekco fait le tri
La solution Gekco repose sur des entretiens vidéos et une automatisation du recrutement. Les vidéos sont décortiquées pour fournir une analyse détaillée du comportement, des émotions (indice de sourire et score d’analyse des sentiments calculés à partir des points de données collectés à partir des vidéos, réponse aux QCM…). On capture des informations détaillées sur un candidat. L’IA fait le tri par performances et gère les candidatures. Intérêt : réduire de 80 % le temps de sélection des candidats et de 50 % les coûts de recrutement. À l’employeur de se consacrer davantage aux échanges avec les candidats.

Patrice Remeur

Au Sommaire du dossier 

1. Terrain : trois recruteuses en quête de « talents »

2. Régions : qui recrute le plus ?

3. Comment l’on recrute dans le monde 3.0

4. Le recruteur, l’IA et le poste

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.