Air France Bluebiz

IAE : une alternative de qualité aux business schools

À la tête de l’IAE d’Aix-en-Provence, Virginie de Barnier aimerait pouvoir pousser les murs davantage encore – des travaux pour créer quatre salles de classe supplémentaires vont commencer.

Des MBA de plus en plus « PME compatibles »

Le roi MBA serait-il fragilisé ? Vacillerait-il ? La question aurait été balayée d’un revers de main il y a quelques années, certains s’interrogent aujourd’hui. Ou nuancent sa toute-puissance.

Les 6 secteurs « tendance » pour les cadres

Sans surprise, les créations d’emplois concernent en premier lieu « les informaticiens face à la numérisation de l’économie », comme le rappelle une étude de France Stratégie et de la Dares sur Les métiers en 2022.

Le recruteur, l’IA et le poste

Lorsque j’arrive au bureau ce matin, je ne sais pas, comme d’habitude, ce qui m’attend. Sera-ce une journée de plus passée à peaufiner notre algorithme de sélection ?

Comment l’on recrute dans le monde 3.0

Encore une fois Leonardo da Vinci ! C’est lui qui aurait conçu et rédigé le premier CV. Cinq cents ans plus tard, le/la candidat/e a affaire parfois à de curieux recruteurs et son CV est en ligne.

Régions : qui recrute le plus ?

Alors que les intentions de recrutement des employeurs progressent de 14,8 % en 2019 (347 000 de plus), la recherche de nouveaux talents reste un défi.

Terrain : trois recruteuses en quête de « talents »

 Nous embauchons 300 personnes chaque année et sommes conscients de la difficulté à les fidéliser. De nos jours, on ne passe plus toute sa vie dans une seule et même entreprise.

Talents : les recruter, les garder, les faire grandir

Sur 4 000 recruteurs dans 35 pays en 2017, 83 % des répondants affirment qu’identifier, sélectionner et fidéliser les talents est leur principale priorité.

Management de transition : des secteurs à convaincre

Le management de transition, importé des Pays-Bas, connaît une croissance à deux chiffres en France. Et le mouvement pourrait prendre plus d’ampleur encore. Tous les secteurs n’ont pas encore adopté cette nouvelle pratique managériale. Ils y viendront.

Stress au travail, Franciliens vs Aquitains : 0-1

Les écoles se sont emparées de la thématique des risques pour la santé mentale, physique et sociale, affirme-t-elle. Certaines business schools en ont fait l’objet de chaire académique – ndlr, c’est le cas à l’Institut d’administration des entreprises (IAE) de Grenoble

Des MBA moins attractifs…

« Nos étudiants ne sont pas déconnectés des réalités, commente Phil Eyre, directeur des programmes MBA au sein de Grenoble École de management (GEM). Il est question des gilets jaunes, de l’inégalité dans la distribution des richesses. La sustainability est très plébiscitée. Les centres d’intérêt ont évolué avec les années, depuis la crise de 2008 surtout.»

Intégrer le handicap, un atout business ?

Une chose est certaine : c’est en traitant le handicap, en le faisant vivre, que les barrières s’effaceront les unes après les autres sur le lieu de travail.

Comment acquérir une vision à 360° de l’entreprise

Le projet de se lancer à l’assaut d’un eMBA, Hakan Dertop le murit depuis une quinzaine d’années. Histoire d’être plus à l’aise dans certaines réunions. Et il touche au but. Encore quelques mémoires à finir, et il sera diplômé de l’eMBA de Paris 9-Dauphine. « Ҫa va très vite, confie-t-il.

Les MBA en IAE : une alternative à moindres frais

Difficile de lutter contre les vieux réflexes. Qui dit Master of Business Administration (MBA), dit business schools. Pourtant, le monde des MBA ne se limite pas aux sacro-saintes écoles de commerce d’HEC à l’Edhec en passant par l’Essec ! Créés en 1967 par Gaston Berger sur le segment de la double compétence en management pour les non initiés, les instituts d’administration des entreprises (IAE) – entité autonome au cœur de l’université ‒ affichent un MBA à leur catalogue de formations.

“Cherche ingénieurs désespérément” : les réponses des écoles

Le campus des Mines de Saint-Étienne – institution de plus de 200 ans, qui dispense six cursus d’ingénieur – compte aujourd’hui 2 000 étudiants. Ils étaient 1 500 il y a cinq ans. Et « l’objectif est d’atteindre des effectifs de 2 400 à l’horizon 2022, confie Xavier Olagne, directeur adjoint. Croître signifie aussi doper notre rayonnement.

IAE : portrait robot d’un réseau en mal de reconnaissance interne

 Les IAE sont les plus avancés dans l’université sur le plan de la professionnalisation. 

Les MBA : des programmes fort vivants !

MBA : un sigle, trois lettres qui font partie du paysage de l’enseignement supérieur. Créé au tout début du xxe siècle aux États-Unis, ce cursus – à l’entrée très sélective, destiné aux cadres – a conquis l’Europe et la France en particulier. Le territoire compterait quelque 80 masters of business administration. Le conditionnel s’impose : N’importe quelle école, reconnue ou pas, revendique la capacité en monter un. Le nom ni la marque ne sont protégés. Or, pour exister, une école ne peut s’en passer. Résultat : c’est une jungle.

Coaching : les vrais pros veulent se structurer

Cet afflux engendre paradoxalement l’émergence de nouvelles formes de concurrences. Dans le sillon de la tendance low cost, des call centers du coaching, aux prix cassés, émergent sur le marché et séduisent ces jeunes coachs en mal de clients.

Les grandes écoles se réinventent

Les grands noms du CAC 40 en raffolent pour attirer à eux des jeunes talents ou fidéliser leurs collaborateurs. Aujourd’hui, les serious games constituent l’un des éléments clés de la marque employeur. Les écoles les intègrent aussi comme outil de formation.

Trophées h’up : 4 entrepreneurs un cran au-dessus

Mon parcours d’entrepreneur non-voyant a été très difficile. J’ai créé ma première entreprise en 1994, régulièrement confronté au scepticisme de mes interlocuteurs, notamment au sein du monde bancaire et du monde assurantiel. Simple exemple : le coût d’une assurance pour un non-voyant est de 30 % supérieur à celui d’une personne sans handicap !

Une en vente

L’IA transforme les métiers de l’entreprise

L’IA va donc modifier en profondeur le contour des métiers pour laisser place à de la création de valeur qui viendra structurellement augmenter la croissance des entreprises...

Caroline Abram, opticienne et madone des lunettes qui embellissent

Sa marque d'optique est devenue une légende. Tout sourit aujourd’hui à Caroline Abram qui s’était crue condamnée à vendre des montures industrielles enfermée dans une boutique. Puis long tunnel où elle enfile des perles au Sénégal. Dix ans d’artisanat besogneux en appartement avant qu’Opra Winfrey ne chausse l’une de ses montures. Sa success story de rebond est une suite d’enchaînements gagnés. Admiration.

Nathalie Lebas-Vautier, fondatrice de Good Fabric et de Marie & Marie, lauréate des re.start...

Sur la scène du Grand Rex, le 20 septembre, les re.start awards* à grand spectacle ont magnifiquement « dramaturgé » ce qu’ÉcoRéseau Business a « inventé » dès 2013 : la culture du rebond. L’idée très anglo-américaine qu’un échec n’est ni honteux ni rédhibitoire, simplement la chance pour un(e) entrepreneur(e) invétéré(e) de « rebondir » plus haut. Parmi 20 autres nommés, ce fut le cas de Sophie Lebas-Vautier, créatrice de Good Fabric et de Marie & Marie : des entreprises plutôt coton.

Pierre Pelouzet, le médiateur des entreprises

Un nominé particulier puisque tout entier tremplin de rebond et non « rebondisseur ». Mais le médiateur des entreprises sait que l’intervention « républicaine » bénévole de son entité est en soi un rebond pour l’entreprise qui en appelle à lui.

Voilà c’est fini…

Pour bien finir l’année et éviter un gros coup de fatigue fin décembre, je vous suggère de vous auto-féliciter. Posez-vous une simple question : qu’avez-vous réalisé de bien cette année ?

Affaire à suivre

Le principe de liberté et d’autonomie qui préside au statut de l’indépendant s’est vu conservé et nous pouvons nous en réjouir.

L’expert-comptable accompagne le changement de modèle économique des entreprises !

Les indicateurs extra-financiers sont de véritables outils de pilotage, nécessaires à la performance globale de l’entité et complémentaires aux indicateurs financiers !

LES + LUS

Renault Clio Initial Paris : l’onctuosité sur 4 roues

La Clio de 5e génération a revu ses dimensions par rapport à la précédente (12 mm plus courte, 11 mm moins haute, 7 mm plus large), elle est également plus courte de 5 mm que la 208, mais en revanche beaucoup plus spacieuse à l’intérieur avec 53 mm de plus en largeur, et ça change tout.

La nouvelle 208 place la barre très haut

Sur le plan mécanique, rien de bien révolutionnaire en revanche côté thermique avec trois moteurs essence au choix (75, 100 et 130 chevaux) et un bloc diesel (100 ch).

Les régions qui créent, incubent et accélèrent

C’est simple, la région provençale se classe première de la classe métropolitaine en termes de dynamique de création d’entreprises. Après une croissance mitigée en 2017 (+ 4,1 %), 2018 est une année faste, avec une augmentation de 19,2 %

Renault Clio Initial Paris : l’onctuosité sur 4 roues

La Clio de 5e génération a revu ses dimensions par rapport à la précédente (12 mm plus courte, 11 mm moins haute, 7 mm plus large), elle est également plus courte de 5 mm que la 208, mais en revanche beaucoup plus spacieuse à l’intérieur avec 53 mm de plus en largeur, et ça change tout.

La nouvelle 208 place la barre très haut

Sur le plan mécanique, rien de bien révolutionnaire en revanche côté thermique avec trois moteurs essence au choix (75, 100 et 130 chevaux) et un bloc diesel (100 ch).

Renault Trafic : l’utile et l’agréable

C’est un dur au mal, taillé pour les travaux de force, les transports encombrants et autres joyeusetés du quotidien des artisans et livreurs de tous poils.

La nouvelle Clio confirme sa suprématie

Quelques regrets néanmoins comme cette absence d’affichage tête haute, cette commande d’ouverture du hayon mal placée et une mauvaise visibilité de trois quarts arrière.
X