L’œnologie : un outil presque essentiel pour se constituer un réseau

Comme d’autres sujets « passion » – les voitures, les cigares, l’équitation… – l’œnologie attire des personnes de tous les horizons. Des clubs où les rencontres entre entrepreneurs ne sont pas rares du tout.

Ce n’est pas un secret : se réunir autour d’une passion reste l’une des meilleures façons de générer des rencontres positives. C’est sur ce principe que fonctionnent nombre de clubs et associations. Réseaux d’entrepreneurs itou. Alors, certes, des réseaux d’entrepreneurs constituent en soi le ciment qui rapproche (quitte à segmenter en jeunes entrepreneurs, de la tech, femmes entrepreneures, etc.). Mais certains réseaux ont décidé d’incorporer un élément fédérateur de plus, un hobby qui va créer un premier lien entre les membres. Dans le monde du vin, le plus connu de ces réseaux est sans conteste le Wine and Business Club, fondé en 1991 par Alain Marty, son président.
L’idée de base est simple : réunir chaque mois des chefs d’entreprise et professions libérales autour d’une triple thématique – économie, gastronomie et vin – dans des endroits d’exception (l’Hôtel Bristol, le Shangri-La…). « Nous créons les conditions d’une rencontre grâce au vin, puis les chefs d’entreprise et les décideurs échangent entre eux en toute convivialité, voire, pourquoi pas, font des affaires… », confirme Alain Marty. Les soirées parisiennes mélangent, comme promis, les trois thèmes : elles débutent par une heure de conférence sur un thème économique général. Puis trois invités vignerons (de régions non concurrentes) organisent une dégustation commentée de leurs vins avant un débat avec deux personnalités du monde économique. Enfin, le dîner est servi, avec des plats préparés par les chefs voisins du cadre de la soirée. La formule s’est prouvée séduisante : le Wine & Business Club compte aujourd’hui 15 clubs dans 14 villes, dont quatre à l’international (Monte-Carlo, Genève, Luxembourg et Limassol-Chypre).

« Joindre l’utile à l’agréable »
a rarement trouvé meilleure illustration.

Explorer les réseaux locaux

Mais l’œnologie, pour un entrepreneur, se révèle intéressante à plus d’un titre. Par exemple, au plan local : le vin est une passion partagée par beaucoup, il existe nombre de clubs régionaux de dégustation, découverte des vignerons et crus locaux… Sans compter tous les clubs d’œnologie de grandes écoles – Dauphine, l’ENS… Bref, si vous cherchez un club d’amateurs de vin près de chez vous ou qui offre des pôles d’intérêt proches des vôtres, vous trouverez sans trop de soucis. Tous ces clubs sont l’occasion de plonger dans un tissu entrepreneurial bien particulier, dans un contexte qui favorise l’approche. Et pour cause, le premier sujet de conversation est tout trouvé : le… vin… Et plus particulièrement celui que l’on déguste lors de la soirée. Pour les clubs régionaux (ou liés à la géographie de façon plus générale), même si l’on ne vous garantit pas de rencontrer d’autres dirigeants d’entreprises locales, la probabilité en est tout de même élevée. Le public offre de fortes chances de ne pas recouvrer celui d’un club « traditionnel » de rencontres entre entrepreneurs. Si vous hésitez à franchir le pas, vous serez plus à l’aise avec l’idée de déguster des vins fins en agréable compagnie. Les clubs d’œnologie liés aux écoles ou organisés à l’intérieur même de l’entreprise entretiennent plutôt un réseau déjà a priori constitué, avec d’anciens camarades de promotion et des collègues.

Le vin, un facilitateur de réseau

Et surtout, adhérer à un club d’œnologie – ou même simplement prendre quelques leçons – donne une « arme » supplémentaire à utiliser pour se constituer son réseau de façon générale. Ce n’est pas un hasard si nombre de club d’œnologie organisent des soirées pour les entreprises. Le vin est un repère culturel fort, savoir en parler et l’apprécier brise la glace dans nombre de situations sociales – par exemple dans un club d’affaires… Sans oublier qu’il constitue également un cadeau d’entreprise (classique mais toujours apprécié, si la bouteille est bonne). Savoir choisir les bonnes bouteilles dans un dîner d’affaires vous fait marquer des points. C’est particulièrement vrai à l’international, où le vin français fait partie des univers du luxe et du savoir-vivre. Apprendre à connaître le vin n’est jamais du temps perdu. Joindre le très utile au très agréable…

Jean-Marie Benoist

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.