Innovations autour du bien-être en entreprise

Et si les pauses-déjeuner prenaient une autre tournure ?
Et si les pauses-déjeuner prenaient une autre tournure ?

« HappyTech »

Plusieurs territoires français se distinguent par leurs initiatives hors du commun visant à améliorer le bien-être au travail, tremplin insoupçonné du dynamisme en entreprise.

Et si les initiatives innovantes avaient également pour finalité de donner le sourire ? Dans sa Stratégie régionale de développement économique, d’innovation et d’internationalisation (SRDEII), la feuille de route du développement économique des prochaines années, la région Nouvelle Aquitaine mentionne la filière Santé et Bien-être parmi les grands domaines d’activité à soutenir prioritairement. Des aides au développement qui concernent aussi les innovations en entreprise, destinées à mieux vivre son quotidien professionnel. Le champion régional Wiidii, start-up développée au cours des dernières années en Gironde, matérialise cette ambition. La société a mis au point un assistant personnel hybride utilisant les facilités apportées par les nouvelles technologies pour fournir aux professionnels des services tels qu’une conciergerie, un outil de prise de rendez-vous ou encore un service intelligent de recherche de contacts spécifiques, comme des médecins au cours de voyages d’affaires. La région s’est notamment engagée pour soutenir l’entreprise dans son programme de R&D qui comprend un important plan de recrutement.

Une impulsion nationale

Le secteur semble prometteur. Même si son ancien poste au sein de Business France lui a valu le surnom de « Madame Burn-out », la ministre du Travail Muriel Pénicaud veut faire du pays le leader mondial du bien-être en milieu professionnel. « Nous avons eu l’occasion de la rencontrer en compagnie du président Emmanuel Macron. C’est un axe fort de l’innovation actuellement. Depuis le lancement de notre offre, nous remarquons par nous-mêmes l’intérêt porté à cette thématique », confie Roméo Verdier, cofondateur de Hudi, société parisienne spécialisée sur le bien-être en entreprise. A l’image de cette jeune structure, la région Île-de-France regorge de nouveautés en la matière. Hudi a vocation à créer du lien entre les collaborateurs par différents biais. « Concrètement, il peut s’agir de repas personnalisés et variés, allant du petit-déjeuner au déjeuner en passant par le brunch qui intéresse par exemple les salariés débutant leur journée très tôt. Nous proposons aussi des offres de tartes sucrées et salées après 14h, permettant aux collaborateurs qui reviennent tard d’un rendez-vous matinal de se restaurer correctement malgré tout », explique Roméo Verdier. Hudi organise également des animations festives, des conférences sur la parentalité ou d’autres événements intéressants pour un grand nombre de salariés.

Comme d’autres start-up, Hudi fait partie du collectif HappyTech, qui rassemble depuis septembre dernier de nombreuses offres innovantes relatives au bien-être et au mieux-vivre en entreprise. « Le but est de fédérer les acteurs du domaine pour leur donner une meilleure visibilité, en particulier à l’international. HappyTech a pour objectif d’être un label caractérisant le savoir-faire français en la matière et visant à être exporté le plus possible », souligne Thomas Coustenoble, président du collectif.

Des territoires à l’avant-garde

La jeune société Comeet, auteure d’une application mettant en relation des personnes autour d’activités communes (déjeuners thématiques, activités sport, coaching…), se positionne également sur le créneau. Bien qu’à peine naissante, son offre a déjà convaincu quelques acteurs dont une importante PME en Bretagne. Une région dans laquelle les initiatives visant à soigner l’épanouissement des salariés se multiplient, à l’image de la recette mise en place au sein de l’entreprise Eric Lequertier, spécialiste de l’architecture paysagère. Entre le café et les croissants au petit-déjeuner, les séances de massage ou de shiatsu, et la mise à disposition d’un jardin partagé, les salariés sont comme des coqs en pâte. Le bien-être en entreprise et les solutions pour y parvenir étaient d’ailleurs la thématique de la principale table ronde des Rencontres Ouest-France Entreprises de cet automne 2017. Le label HappyTech attire d’ores et déjà l’attention de la profession. « Nous avons des demandes en provenance de Bordeaux, de Nantes pour intégrer le collectif », se réjouit Thomas Coustenoble.

Pour 74% des entreprises, l’aménagement des espaces de bureau améliore la qualité de vie au travail, indique une étude réalisée en 2017 par le cabinet de conseil en immobilier d’entreprises Parella et l’agence d’architecture d’intérieur Esquisse. « Ce ne sont plus uniquement des leviers financiers mais bien humains qui font bouger les lignes ! Les entreprises sont prêtes à réaménager leurs locaux si cela renforce l’engagement des collaborateurs, booste la créativité et développe la transversalité », souligne Bruno Amsellem, associé chez Parella/Esquisse. L’immobilier se situe ainsi au cœur des nouveautés en la matière. Du côté des Bouches-du-Rhône, les projets de modernisation intégrant des critères de mieux-vivre se multiplient. Selon l’étude Human Experience réalisée par le spécialiste en conseil immobilier JLL, implanté notamment à Marseille, seuls 38% des employés considèrent que leur environnement de travail permet de travailler efficacement. JLL mène des projets visant à repenser le design des bureaux, afin d’en faire de meilleurs leviers de productivité et de favoriser le bien-être au travail.

L’agence MRC Architecte d’intérieur et Paysagiste, également présente dans la cité phocéenne, en a fait son credo. « En repensant le lieu comme source de bien-être, la rénovation, l’aménagement, la végétalisation des espaces intérieurs et extérieurs, tout comme le paysagisme d’intérieur, constituent des outils concrets et authentiques pour les entreprises qui favorisent le bien-être au travail dans leur démarche RSE », confie la dirigeante Clara Ajmar. A Saint-Chamas, la société Deshons Hydraulique est cliente de l’agence et a notamment mis en place des potagers d’entreprise. MRC a ainsi imaginé des ateliers participatifs et la création de jardinières originales.

Mathieu Neu

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.