Le bâtiment intelligent porté dans les différentes régions

Toujours plus de verre et de vert dans les constructions des territoires…
Toujours plus de verre et de vert dans les constructions des territoires…

Bâtiments intelligents : aventure intérieure

D’importantes ressources sont mobilisées pour faire sortir de terre les smart buildings, et au bout du compte vivre mieux en consommant moins.

Sensibiliser les professionnels, les collectivités et le grand public à l’adoption de nouveaux comportements dans la gestion des bâtiments. Tel est l’un des axes majeurs de la politique de soutien à l’innovation régionale en Normandie. L’efficacité énergétique fait office de priorité dans ce domaine, tout comme le développement de la filière Bois et Produits biosourcés, qui doit servir de préalable aux constructions pour l’habitat innovant. Au bout de la chaîne, on trouve des sociétés comme Agrochanvre qui s’illustre par la fabrication de plastiques à base de chanvre, pour des lames de terrasse composite, ou laines destinées aux isolations thermiques.

Même son de cloche du côté de la Nouvelle Aquitaine où le cluster Eco-Habitat est devenu l’instrument principal d’animation d’un secteur tourné vers l’avenir, par le rassemblement autour de lui de toutes les forces vives : maîtres d’ouvrage de la construction, centres de recherche et de formation, entreprises du bâtiment… « Une de nos priorités concerne le bâtiment du futur et les améliorations visant à mieux intégrer les différents process qui s’y rapportent. La manière avec laquelle machines et robots interagissent avec l’homme, l’automatisation, seront également à l’étude dans les années à venir », indique Yannick Conseil, responsable Economie et Innovation du Grand Angoulême. L’agglomération est d’ailleurs labellisée sur le plan national comme Territoire à Energie Positive pour la Croissance Verte. Une mission au carrefour des innovations technologiques et environnementales, qui incombe à bien d’autres territoires de l’Hexagone.

L’énergie au centre des projets

Autour du pôle de compétitivité S2E2 (Smart Electricity Cluster), la région Centre-Val de Loire se montre prolifique en la matière. La start-up Bimdiag est l’une des incarnations de la dynamique innovante actuelle. Son projet consiste à développer un outil de collecte des données d’audit énergétique utilisable sur terminal mobile. Ces dernières doivent recenser les caractéristiques énergétiques des bâtiments et équipements concernés. L’outil doit par exemple être capable de générer des recommandations de travaux à réaliser à partir des éléments recueillis, avec la collaboration d’un réseau d’artisans et maîtres d’œuvre partenaires du projet. L’entreprise Avidsen est une autre icône locale des initiatives tournées vers l’avenir. Elle développe depuis plusieurs années une gamme étendue d’équipements domotiques comme des alarmes, des sondes de mesure de l’humidité, de la température, des systèmes de gestion de chauffage. Dernier projet en date : des solutions de motorisations de portail 100% sans fil et autonomes en énergie.

L’agglomération de Bourges, avec notamment son quartier de Lahitolle, est également sous le feu des projecteurs. L’efficacité énergétique et l’habitat du futur représentent l’un des deux piliers de ses développements innovants, l’autre étant consacré aux risques industriels. « Avec comme appui l’INSA Centre-Val de Loire qui offre des formations spécialisées sur ce plan, nous souhaitons répondre aux besoins clés des entreprises à tous les stades de leur vie, de l’émergence des innovations à l’accompagnement au développement », souligne Florence Thoni, chargée de développement au sein de la communauté d’agglomération Bourges Plus.

Non loin de là, en Auvergne-Rhône-Alpes, le démonstrateur Lyon Smart Community a vu le jour pour faire valoir les atouts régionaux. Il s’agit d’un outil de management énergétique grandeur nature, déployé dans le quartier de Lyon Confluence. Comme le précise Karine Dognin-Sauze, vice-présidente de la Métropole de Lyon chargée de l’innovation et du numérique, « l’un des objectifs principaux est la création d’un ensemble de bâtiments à énergie positive, constitués de panneaux photovoltaïques en façade, en toiture, ainsi que d’équipements qui permettent une optimisation de la gestion de l’énergie ». L’occasion de faire connaître les compétences des acteurs locaux du secteur, et des offres émergentes comme le logiciel de simulation 3D Abatia, conçue par la société Cythélia. Celui-ci permet aux constructeurs, architectes, ou vendeurs immobiliers, de disposer d’une évaluation rapide, tant sur un plan technique qu’économique, des besoins énergétiques d’un bâtiment dès sa conception ou avant une rénovation.

Start-up et incubateurs, tremplins vers la modernisation

L’Île-de-France n’est pas en reste. Certaines structures nées dans la capitale sont même déjà auréolées d’une visibilité internationale, à l’image de Sevenhugs qui a pu profiter de sa présence au CES de Las Vegas pour lancer sa Smart Remote, une télécommande universelle destinée à piloter l’ensemble des objets connectés de la maison intelligente. La start-up est issue de l’incubateur de Télécom ParisTech, tout comme Energysquare, qui a mis au point une plaque de recharge par conduction des appareils mobiles, évitant ainsi que les smartphones et tablettes envahissent en permanence les meubles et coins de table, à proximité des prises de courant.

Les années à venir ne devraient pas être moins dynamiques au sein des territoires. Une liste de 51 nouvelles start-up, toutes lauréates du deuxième appel à projets Green Tech verte, piloté par le ministère de l’Environnement, a été rendue publique il y a quelques mois. La catégorie « Bâtiment » y tient une place de choix. On trouve parmi elles Pépin Bio, à l’origine d’un outil de mesure de la performance environnementale des matériaux, Megawood, qui propose des bois innovants pour l’habitat du futur, ou encore Air Adapt, qui a conçu un capteur pour réconcilier confort thermique et efficacité énergétique. Elles auront vocation à rejoindre cette année les incubateurs de Toulouse, d’Orléans, ou de Champs-sur-Marne, des organisations à même de faire grandir des projets de ce type.

Mathieu Neu

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici