Fierté & Porter : une ligne de vêtements éthique et 100 % made in France

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Temps de lecture constaté 2′

Qui ? Fierté & Porter
Quoi ? Une ligne de vêtements qui revisite et recycle le bleu de travail. L’objectif : en faire un vêtement à la mode et écoresponsable.

Mathilde Jacob, créatrice de mode avec le recyclage des bleus de travail

Fierté & Porter s’inscrit dans l’air du temps. Sa fondatrice, Mathilde Jacob, est bien consciente des désastres écologiques liés à l’empire du fast-fashion. Cette jeune auto-entrepreneuse prône des valeurs éthiques et un savoir-faire français. Dans son petit atelier niçois, elle confectionne, avec l’aide d’une couturière, des bleus de travail, des vestes, et des salopettes. Portée par un plaisir immense et une grande ambition, elle clame haut et fort que « la couture n’est pas que pour les grands-mères » !

Fierté & Porter, c’est avant tout une histoire de famille. Sa créatrice, issue de la classe ouvrière, souhaitait rendre hommage à son milieu d’origine : « La classe ouvrière est invisible, je voulais qu’on la remarque à nouveau. » Cette idée lui est venue pendant ses études de mode, à l’école de Condé, près de Nice. Il fallait penser à une entreprise fictive, Mathilde imagine alors ce qui deviendra quelques années plus tard son entreprise.

La technique de l’upcycling
Tous les bleus de travail récupérés par la jeune créatrice sont « upcyclés ». Soit recyclés par le haut. Cette méthode de récup’ répond à une règle simple : donner une nouvelle vie à un objet ainsi qu’une nouvelle fonction ! L’objectif, proposer des produits qualitatifs qui mettent en avant le savoir-faire français et ouvrier. Une manière de combattre la fast-fashion, de prôner des valeurs éthiques et de mettre en lumière des savoir-faire ancestraux.  « J’en ai marre d’acheter des vêtements qui sont fabriqués en Chine ou au Bangladesh par les Ouïghours », peste Mathilde Jacob.

Des bleus de travail, mais pas que…
Si Mathilde a fondé sa marque autour des bleus de travail, elle propose aujourd’hui des vestes et des salopettes. Les vêtements les plus iconiques de la classe ouvrière. La nouvelle collection « mesclum bleu » propose quatre modèles : deux vestes, une salopette, et une combinaison. « Je souhaite garder une patte très symbolique », défend la jeune couturière. Une ligne d’accessoire est également parue entre deux collections. De ses anciennes chutes, l’entrepreneuse en fait des bobs, des tote bags, des bananes (sacoches) : « J’essaie d’être dans une économie circulaire, de montrer que l’on peut ne rien jeter ! » Pour sa prochaine collection, elle continuera de faire des bleus mais moins bleus… Elle souhaite changer de coloris et axer sur d’autres thèmes. Du bleu au kaki ? Ou au blanc ?

Autre particularité : les vêtements proposés par la marque sont non genrés. Une volonté de la créatrice pour que « tout le monde puisse s’identifier à cette histoire ouvrière et à ce vêtement ».

Une petite marque et de grandes ambitions
L’auto-entrepreneuse aimerait agrandir son atelier. Et par la même occasion ses projets. Avec en tête la volonté de créer de l’emploi et faire évoluer les gens. « Le lien social est très important, Fierté & Porter c’est avant tout une famille », lance Mathilde.

Mathilde Jacob souhaite transmettre sa passion des vêtements à des jeunes en situation irrégulière ou en difficultés dans les quartiers : « J’aimerais grandir, mais pas seule. Seule, la tête dans le guidon, je ne suis pas assez objective », confie-t-elle

Chez Fierté & Porter, toute personne motivée et intéressée par la couture est invitée à prêter main forte. Des grands-parents qui souhaitent travailler par exemple. La fondatrice de la marque insiste : « Ce serait bête de passer à côté de personnes qui ont un potentiel mais qui ne savent pas l’exploiter ! »

Marion Mouton

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.