Air France Bluebiz

Michel Vaujour : une femme l’a fait rebondir

Ce qui devient riche, c’est la lecture de l’énorme livre que le « braqueur français » publie chez XO Éditions en septembre 2018. Cette fois, on écoute la « voix » du personnage.

Nathalie Woog : le MICE à échelle américaine

La réussite de la soirée la bombarde responsable de l’événementiel au sein de la direction de la communication du groupe. Nathalie Woog s’« éclate ».

Thierry Copernic : leçons de vie en tout anonymat

Il nomme le choc qui a failli lui coûter la vie « un déclencheur émotionnel ». Gentil. Car à l’image du chat égyptien à neuf vies, il en accumulé des vies, tiens, comme par hasard déjà neuf TPE.

Olivier Lefebvre, un créatif à la tête d’une agence créative ? Cherchez l’erreur…

Une image le berce, la vague. Un collègue la lui a mise en tête : on est au creux, on va forcément remonter.

Denis Fayolle : il a cherché et trouvé le modèle du rebond

Et le discret Fayolle lance et relance. Singulart, galerie d’art en ligne, cartonne à l’export depuis deux ans. Farmitoo, achat en ligne d’équipements agricoles (!), la plus grosse start-up du genre, NextSation recrute des profils en quête d’un job à l’étranger…

Thomas Jamet : les bosses du boss

S’il aime les chiffres, il aime aussi les lettres. Ses tribunes dans des revues ne se comptent plus. Du coup, il passe au format livre : Renaissance mythologique, l’imaginaire ou les mythes à l’ère digitale se vend à + de 3 500 exemplaires !

Benoît Desteract, le banquier qui fait rebondir les entreprises

La « banque du rebond » étudie une solution de financement avec une garantie sur les actifs et l’accord de l’administrateur, du juge, les conseillers de l’entreprise, les professions du chiffre et les avocats. L’entreprise fonctionne trois mois jusqu’à sa reprise

Alix Paoli, millenial en sac à dos !

"J’avais testé des sacs de randonnée, rationnels mais peu seyants. Et au rayon des sacs féminins, je ne trouvais que de tout petits sacs à dos, impraticables"

Philippe Champion, patron boxé/boxeur

Il aurait presque pu justifier son patronyme ballon de foot au pied, mais Philippe Champion, en division 3 à Corbeil, n’a pas eu l’heur de convaincre son entraîneur. Prépa HEC, formation commerciale/marketing puis entrée dans la vie dite active en 1982 au sein du groupe Paul-Renard, fromager, propriété de Bongrain.

Coryne Sultan : de la distance pour entreprendre

 L’idée de tout créer à partir de rien me plaisait énormément. C’était comme une chorégraphie à travers laquelle se cherchent les meilleurs mouvements en accord avec la musique.

Brahim Asloum : « Jamais rien qui ne me plaise pas »

J’éprouve toujours la crainte de faire mal mon job, de ne pas être à la hauteur.

Edwina Girard : et votre boîte se gondole…

 Les gens sont drôles et ne le savent pas. L’un de nos ateliers phares est un sketch humoristique totalement pensé, écrit, répété et interprété en l’espace d’une heure trente par des salariés. Cet exercice témoigne de l’humour intrinsèque dont chacun sait faire preuve.

Anthony Léger : Coach d’entrepreneures, en toute franchise

Anthony Léger cherche bien, un temps, à se recaler sur un autre type de clientèle, mais le logiciel du franchiseur, décidément, ne s’y prête pas. Alors l’homme d’action n’abandonne pas, il se forme, s’intéresse au développement personnel et… reçoit un appel.

Frédérique Dorso : Gentlewoman du déménagement

« Mon père avait eu la bonne idée de transformer d’anciennes cuves à vins, situées aux portes de Paris, en véritables coffres-forts », explique Frédérique Dorso.

Élisabeth Astier-Woitiez : Connaître l’échec et… rebondir sur le rebond !

Bouygues rachète la petite boîte. Elle s’y sent prête à aller loin au nom de l’innovation et des idées nouvelles qu’elle porte, mais l’arrivée d’Internet lui vaut la tentation du « pourquoi pas moi ».

François Raynaud de Fitte et Briac Lescure : Popchef, la loi du gong

Le jeune juriste, Sciences Po/HEC François Raynaud de Fitte, 29 ans aujourd’hui, passe son temps chez le capital-risqueur de renom Marc Simoncini, Jaïna Capital, à chercher les start-up prometteuses dans lesquelles son boss va investir.

Robin Coulet, l’art de la conversation

À la fin des années 2000, Coulet comprend qu’une bascule est à l’œuvre entre la communication et la conversation. « Internet explosait, les blogs et autres plates-formes se développaient à la vitesse grand V."

Laetitia Gazel Anthoine, elle vous bipe au bon moment

Comment l’entrepreneuse est-elle tombée dans le bain de l’environnement mobile ? « Formation à Supelec et parcours d’ingénieur, puis j’ai rejoint le groupe Orange entre 1998 et 2007 pour des missions de consulting."

Olivier Sarfati Potion magique pour prépas et au-delà

Passer un concours d’une école de commerce ? Très éprouvant ! Pour aider les jeunes à franchir le pas, Olivier Sarfati crée début 2012 MyPrépa, cours en présentiel. Rapidement, tout évolue vers une plate-forme en ligne. Puis dépasse l’univers étudiant. Leçon de succès.

Albert Szulman, L’homme qui a failli connecter toute l’Inde

La technologie, héritée d’une société suisse en dépôt de bilan, puis transformée avec l'aide du PARC (Palo Alto Research Center), donne naissance à Be-Bound (littéralement « Soyez connecté ») : un smartphone, un objet se connectera à Internet partout dans le monde de n’importe quel point du globe, à commencer par les régions mal couvertes par les réseaux.

Une en vente

Le societing, new deal des entreprises ?

Quel avenir a donc le societing ? Le consommateur d’aujourd’hui est informé et conscient. Il sait différencier un concept marketing d’un véritable engagement de la part d’une entreprise.

Mon salarié à l’étranger : sa protection empiète-t-elle sur sa vie privée ?

Une entreprise qui s’investit dans la protection de ses collaborateurs leur démontre qu’elle se préoccupe de leur bien-être. Reste que toutes ces technologies ne sont rien si l’entreprise ne dispose pas de la bonne data que sont à la fois les données RH, Travel et Expense.

La numérisation des commandes clients va-t-elle créer du chômage ou revaloriser des métiers au...

Les services client & ADV se retrouvent souvent confrontés à une surcharge de travail. La traduction pratique se chiffre en heures supplémentaires ou en embauches d’intérimaires qu’il faut former aux processus en place.

Michel Vaujour : une femme l’a fait rebondir

Ce qui devient riche, c’est la lecture de l’énorme livre que le « braqueur français » publie chez XO Éditions en septembre 2018. Cette fois, on écoute la « voix » du personnage.

Nathalie Woog : le MICE à échelle américaine

La réussite de la soirée la bombarde responsable de l’événementiel au sein de la direction de la communication du groupe. Nathalie Woog s’« éclate ».

Thierry Copernic : leçons de vie en tout anonymat

Il nomme le choc qui a failli lui coûter la vie « un déclencheur émotionnel ». Gentil. Car à l’image du chat égyptien à neuf vies, il en accumulé des vies, tiens, comme par hasard déjà neuf TPE.
Patrick Levy-Waitz, président de la Fondation Travailler Autrement, PDG d'ITG, leader du portage salarial

Le jour d’après

Les difficultés et les facilités divergent en fonction du degré de maturité des organisations vis-à-vis de cette façon de travailler.
Sophie de Menthon, Présidente d'ETHIC, Présidente de SDME

Quelles personnes physiques ou morales devraient donc dire « J’aime ma boîte » ?

« J’aime ma boîte », devraient bien sûr dire les membres du personnel, les intérimaires et aujourd’hui les travailleurs « indépendants » employés par la boîte. Mais pourquoi pas aussi les équipes sportives ou les associations liées à l’entreprise ?

L’accord d’intéressement utilisé pour motiver et fidéliser les salariés 

Le mode de répartition uniforme est rarement adapté car il ne prend pas en compte les salarié/es à temps partiel et les arrivées/départs en cours d’exercice.

LES + LUS

Une biotech française affirme détenir une thérapie décisive (et ce n’est pas un poisson...

Sa présidente lance un appel à l’État et aux mécènes pour réunir 3 millions d’euros, suffisants pour une étude clinique définitive.

Masques alternatifs, danger potentiel

Des masques, oui, si l’on veut, mais à condition de respecter la fameuse « distanciation sociale (1 ou 2 mètres) » de façon à éviter toute projection que les masques bricolés seraient bien incapables de stopper.

Le virus a eu raison de l’Union européenne en réanimation

La présidente de la Commission voudrait bien coordonner le déconfinement… sans vraiment y croire.
X