Sébastien Oum “Prix à la pompe et risque des changes”

Les prix du pétrole baissent ! Mais les prix à la pompe restent élevés… Faut-il accuser les taxes ? Peut-être, mais il faut surtout comprendre le rôle joué par le renforcement du dollar américain. Sur les marchés, le ralentissement de la croissance économique mondiale a deux conséquences : une baisse des prix du pétrole et une hausse du dollar. Le pétrole reste la matière première la plus utilisée dans l’économie. Si la croissance économique ralentit, la consommation de pétrole ralentit aussi. Dans le même temps, inquiets du ralentissement économique, les investisseurs retirent leur argent des actifs financiers les plus risqués pour le placer sur les actifs financiers les plus sûrs. Et l’actif perçu comme étant le plus sûr est aujourd’hui… le dollar américain ! Mais quel rapport avec les prix à la pompe ? Sur les marchés mondiaux, les prix du pétrole sont libellés en dollars. Aussi, la baisse des prix du pétrole en dollars est malheureusement contrebalancée par la baisse de la valeur de l’euro face au dollar. Autrement dit, le pétrole en euros ne baisse pas autant que le pétrole en dollars… Une entreprise doit comprendre comment se forme sa structure de prix et savoir comment celle-ci est affectée par les fluctuations du marché des devises. Pour ne pas subir ces fluctuations, les entreprises doivent anticiper. De l’avis de Pasteur, « Le hasard ne favorise que les esprits préparés », l’heure est venue de dire à notre tour que les futurs soubresauts des marchés ne favoriseront que les entreprises les mieux préparées !

Sébastien Oum
Président d’Yseulis, plateforme universelle de gestion des risques de change

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.