Nouvelles vertes, du 31 mars

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Le tour d’horizon environnemental d’Ezzedine el Mestiri

Alerte météo • L’ONU veut protéger chaque habitant de la planète par des systèmes d’alerte précoce, d’ici à cinq ans. Actuellement, un tiers de la population mondiale n’est toujours pas couvert par ces systèmes. Les perturbations climatiques ne cessent de causer des dégâts dans toutes les régions du monde. Ce système d’alerte renforce les moyens de prévision et anticipe les tempêtes, les vagues de chaleur, les crues et les sécheresses. Au cours des cinquante dernières années (1970-2019), une catastrophe liée à des phénomènes météorologiques, climatiques ou hydrologiques extrêmes s’est produite presque chaque jour en moyenne.

Eau : une ressource invisible • « Les eaux souterraines sont une ressource naturelle essentielle, invisible mais indispensable à la vie sur notre planète », indique la dernière édition du Rapport mondial des Nations unies sur la mise en valeur des ressources en eau (WWDR). Dans un monde où l’eau devient rarissime, le recours à un potentiel d’eaux souterraines est devenu une nécessité. La consommation d’eau devrait augmenter d’environ 1 % par an au cours des 30 prochaines années. Selon le rapport, il est indispensable d’exploiter plus durablement les eaux souterraines pour répondre aux besoins fondamentaux d’une population mondiale en constante augmentation et pour faire face aux crises climatique et énergétique.

Fruits et légumes contaminésFruits et légumes contaminés • L’association de consommateurs UFC-Que choisir vient de publier une analyse critique inquiétante sur l’état de notre alimentation. Sur les 14 000 contrôles sanitaires officiels réalisés sur les aliments vendus, plus de la moitié des fruits et légumes sont contaminés par des pesticides. L’association pointe les contrôles sanitaires menés sur ces produits qui ne permettent pas de garantir l’absence de risques car ces contrôles ne tiennent compte que des limites maximales de résidus autorisés. Il faut surtout renforcer le cadre réglementaire, notamment en remettant à plat les procédures d’autorisation des produits dans la culture des fruits et légumes, en instaurant une identification des composés cancérogènes, mutagènes ou des perturbateurs endocriniens.

Tunisie : des semences paysannes • Avec la pandémie de covid-19 et la crise du prix du blé due à la guerre en Ukraine, le pays compte revenir aux semences paysannes, mises en avant comme l’une des alternatives pour mieux assurer sa sécurité alimentaire. Cette réhabilitation des semences préserve une agriculture plus douce, en voie de disparition à cause de l’arrivée des semences hybrides étrangères, très exigeantes en engrais et autres intrants.

Journaliste-Chef de service rédactionnel. Formé en Sorbonne – soit la preuve vivante qu'il ne faut pas « nécessairement » passer par une école de journalisme pour exercer le métier ! Journaliste économique (entreprises, macroéconomie, management, franchise...). Friand de football et politiquement égaré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.