La gentillesse n’est, hélas, plus vraiment une qualité mais un défaut…

Temps de lecture estimé : 1 minute

Temps de lecture constaté 1’

Marc Drillech Directeur Général de Ionis Education Group
Marc Drillech,
professionnel de la communication et directeur général de Ionis Education Group

Elle apparaît même ringarde, dépassée, inutile, voire dangereuse.

Aujourd’hui c’est vendredi. Les chinchards chouinent et le temps est à la réflexion.

Et je me demande stupidement mais pas naïvement, comment en sommes-nous arrivés à ce glissement sémantique qui fait que la gentillesse n’est plus vraiment une qualité mais plutôt un défaut ?

J’admets que cela semble étrange d’aborder ce sujet mais l’air du temps est tant à honorer la force, à valoriser les formes de violence les plus graves – une indigestion des clips, de films, de romans, de séries – que la gentillesse apparaît ringarde, dépassée, inutile voire dangereuse.

Oui, j’ai envie d’une société qui enseigne des concepts aussi éculés qu’éternels, des valeurs qui sont en réalité des combats sociétaux.

Oui, dès l’école réhabiliter l’amabilité, la bienveillance, la compréhension, comme des forces de caractère, comme des valeurs essentielles et non comme des tristes signes de faiblesse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.