Le droit à la parole est un devoir, celui de combattre la bêtise

Temps de lecture 0’35

Il faudrait considérer avec respect les obsédés de tous les complots et de toutes sortes de théories ?

Marc Drillech Directeur Général de Ionis Education Group
Marc Drillech,
professionnel de la communication et directeur général de Ionis Education Group

Les équilles resquillent et le temps est à la réflexion. Et je me demande ce qui conduit à des « mobilisations contre le vaccin » comme si on devait agir contre un acte qui nous protège, nous sauve et nous aidera à retrouver la vraie vie.
La France a vu naître les recherches de Pasteur, de Marie Curie, d’André Lwoff et de Jacques Monod. Elle a vu agir Albert Schweitzer et son combat pour la santé de peuples qui mouraient de faim et de maladie. Elle a fait de l’Institut Pasteur une référence mondiale.

Nos écoles forment des milliers de chercheurs brillants qui innovent au sein des entreprises, des start-up et des centres de recherches les meilleurs. Soyons-en fiers ! Et il faudrait considérer avec respect les obsédés de tous les complots et de toutes sortes de théories ?

Rendons honneur à la recherche. Le vaccin a mis un an au lieu de dix pour naître. Et l’époque nous rappelle sans cesse Levinas tant l’épidémie souligne la dépendance des uns envers les autres.
Que les médias fassent leur travail. Non tendre leurs micros à tout complotiste, mais à celles et ceux en lutte pour que les autres puissent vivre. Quand on est en guerre contre l’épidémie, le droit à la parole est aussi un devoir, celui de combattre la bêtise.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.