Distanciel ? L’enseignement supérieur n’est pas un “site” !

Nous ne sommes pas les enfants d’algorithmes…

Marc Drillech Directeur Général de Ionis Education Group
Marc Drillech,
professionnel de la communication et directeur général de Ionis Education Group

Aujourd’hui, vendredi, les tanches s’épanchent et le temps est à l’agacement.

Entre quotidiens, sites et chaînes infos, je découvre des savants savons et des commentateurs pseudo-visionnaires nous vanter les mérites divins du distanciel comme des marchands vantant leurs produits. Mais nous ne sommes pas les enfants d’algorithmes. Nous sommes faits de sentiments, de pulsions, de sensations, de besoins d’échanges. Nous sommes nés pour échanger, se regarder, s’écouter, pas pour n’attendre que des réponses d’un écran.

Même un cours en amphi peut être étonnant, alors que dire des entrées, des couloirs, des salles de travail ? Que dire des projets, de la vie associative, des amitiés et plus si affinités ?

L’enseignement supérieur n’est pas un « site » sur lequel on transmet des cours qui circuleraient sur des plates-formes en distanciel. C’est une possibilité et même un atout fort dans certaines situations. Mais une université, une école de commerce ou d’ingénieurs, c’est d’abord un lieu de rencontres qui génère des expériences, des initiatives, des projets, des échanges, des vocations, des passions.

Que les marchands et les experts apprennent plus avant de faire rêver de la vie en distanciel. Ainsi, ils ne confondront pas l’utile avec l’essentiel.

PS. Mieux vaut chercher ce qui est juste et durable que simplement moderne pour être médiatique. L’un reste, l’autre passe.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.