Promettre avant de faire, c’est du marketing d’hier

Temps de lecture constaté 0’35

C’est dans l’action et la preuve qu’on voit l’humain.

Marc Drillech Directeur Général de Ionis Education Group
Marc Drillech, professionnel de la communication et directeur général de Ionis Education Group

Aujourd’hui c’est vendredi. Les saumons sommeillent et le temps est à la réflexion. Et je constate que nous sommes de plus en plus à être agacé·es voire plus par cet envahissement des écrans et des médias des promesses « vertes », sociales et humanistes des marques.

Promettre avant de faire, c’est du marketing d’hier, celui qui prend les gens pour des demeurés et les réseaux sociaux pour des parcs d’attractions.

Quand la logique vertueuse est de se concentrer sur l’action, la qualité, la valeur du service, l’expérience proposée, le sérieux de la relation client, eux pensent encore communication « spectacle » au lieu d’activisme, présence externe médiatique au lieu de transformation interne.

L’addition va être lourde car l’accumulation des messages démagogiques et des promesses faciles ne fera qu’alourdir l’addition des marques bientôt attaquées, boycottées, encadrées par des législations plus pesantes. Et les marques comme leurs conseils, encore plus limités dans leurs discours et dans leurs actes, n’auront plus que leurs plans stratégiques pour essuyer leurs larmes.

C’est dans l’action et la preuve qu’on voit l’humain, ni dans la parole ni dans la promesse.

Marc Drillech

PS. Pas un jour sans une campagne qui parle de résilience, de nouveau monde. Occupez-vous de mieux faire ce que vous faites !

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.