Le droit à notre incertitude

Demain c’est vendredi. Les requins se recueillent et le temps est à la réflexion. Et face aux spectacles de la pseudo-information délivrés non-stop sur les chaînes infos, aux immondices qui envahissent les réseaux sociaux entre fake news et manipulations, provocations et théories complotistes, on a dû rater une séquence.

On a promis aux Terriens que les révolutions allaient nous simplifier la vie, rendre le quotidien plus vivable, permettre de mieux comprendre nos mondes, construire des solutions simples à mettre en œuvre. L’innovation, la technologie, les réseaux sociaux, devaient faciliter la vie au nom de la simplicité.

Mais si notre monde n’était pas cela ?

Si nous devions accepter que nos vies, nos relations, nos projets, nos désirs contiennent de l’incertitude et du complexe à fortes doses, du débat et du questionnement en lieu des évidences et des certitudes ? Si nous admettions que le dialogue est indispensable, que l’erreur et le tâtonnement font partie de nos relations, que le temps long est essentiel, à l’opposé des débats télévisuels.

La lutte en faveur de la réflexion durable, du complexe, du droit à l’erreur, de l’incertitude comme du vrai dialogue est plus que jamais indispensable dans ces périodes qui donnent trop la part belle aux princes des évidences.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.