Demain c’est vendredi. Les palourdes partent à Lourdes et le temps est à la réflexion.

Demain c’est vendredi. Les palourdes partent à Lourdes et le temps est à la réflexion. Et depuis quelque temps je me questionne et suis même perplexe sur l’explication à donner à toute une série d’expressions étranges. « Tu n’as pas tort », «je suis assez d’accord », « c’est pas faux…” et même “c’est assez juste”… Que se passe-t-il dans nos quotidiens pour avoir perdu le sens de la clarté et de la netteté. Est-ce si difficile d’affirmer son désaccord ou de clamer son accord qu’on doit se réfugier dans de la moyenne, dans un l’engagement à mi-chemin, sorte de neutralité qui ne fait ni vraiment du mal et ni vraiment du mal. Peut-on s’étonner d’une crise patente de l’engagement si nous perdons chaque jour du sens réel d’un oui ou d’un non, de la vitalité de l’affirmation, de la capacité à assumer, de la volonté de dialoguer sur des bases claires et directes…?

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.