Aujourd’hui c’est vendredi. Les anchois n’ont pas le choix et le temps est à la réflexion.

Aujourd’hui c’est vendredi. Les anchois n’ont pas le choix et le temps est à la réflexion. Et je sais que je ne vais pas me faire que des amis ce jour.

Parce qu’il existe une règle absolue qui n’a, hélas pour la morale, la lutte des classes, les guillotineurs ou les prévisionnistes, jamais été contredite. Ce n’est pas en appauvrissant les riches qu’on enrichit les pauvres !

C’est sans doute immoral, scandaleux, inhumain, vieillot, conservateur… mais affaiblir ceux qui créent des richesses ne débouche pas sur une meilleure situation car la question de la pauvreté est économique, politique, sociale.

Toute la morale qu’on mettra à résoudre le sujet n’y changera rien sinon faire croire aux plus démunis que c’est ainsi qu’on va vivre mieux. Mais la richesse des entrepreneurs n’est pas celle des spéculateurs ou des fameux “optimisateurs”.

Les droits des entreprises impliquent des devoirs. Donc encourager au maximum les créateurs de richesses, ceux qui font l’investissement et l’innovation, le développement et l’initiative … peser plus fortement sur les flous, les niches, les fameuses optimisations et évidemment une politique redistributive équitable car alors il y’a de quoi redistribuer !

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.