Demain c’est vendredi. L’hareng harangue et le temps est à la réflexion.

Demain c’est vendredi. L’hareng harangue et le temps est à la réflexion. Et je me demande, dans la France tiraillée entre revendications humaines et manœuvres politiciennes, violences fascistes rouges-brunes et désespérances de celles et de ceux qui ne peuvent vivre correctement, s’il n’y a pas un combat prioritaire à mener au nom : voir les GAFA et autres entreprises multinationales payer enfin les impôts qu’ils nous doivent. Leurs menaces de délocalisation font peur. Mais est-ce acceptable et moral de considérer que les citoyens, les institutions, les PME sont soumis aux impôts et les payent, et que ces géants, au nom de l’efficacité et de l’optimisation fiscale, se dérobent. La vraie question c’est la capacité des citoyens à unir la condamnation et l’action. Boycotter son Iphone, son site d’achat, son réseau social… n’est pas évident. Mais le débat doit être mis sur la place publique. Plus ces Géants réussissent et participent aux processus de disruption, plus ils doivent en assumer les conséquences. Les politiques devraient se mobiliser sur ce combat vital au lieu de minauder sur un ISF non rentable, sur un stéréotype stérile qui fait croire qu’on va « enrichir les pauvres en appauvrissant les riches”.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.