« France 2030 » : 30 milliards d’euros pour l’innovation

Temps de lecture constaté 2’30

Tout ce qu’il faut retenir du plan d’investissement intitulé France 2030.

Ce mardi 12 octobre, un Emmanuel Macron style one man show a présenté France 2030. Ce plan d’investissement a pour objectif de relancer l’industrie française d’ici à 2030 grâce à 30 milliards d’euros destinés à des secteurs tels que la santé, l’aéronautique et le nucléaire. 

30 milliards d’euros. Voilà la somme que le chef de l’État a promis d’allouer à des domaines d’avenir. Comme le numérique, l’industrie verte, la biotechnologie, l’espace ou encore la santé. Devant des étudiant·es et des chef·fes d’entreprise, le 12 octobre, Emmanuel Macron a « projeté » l’économie française vers les secteurs d’avenir tout en soutenant la transition écologique. 

  • Un milliard d’euros pour le nucléaire

« Nous devons réinvestir pour être à la pointe des innovations de rupture dans le secteur », a déclaré Emmanuel Macron. Le président de la République a évoqué le développement des Small modular reactors (ou SMR), de petits réacteurs, dont le premier modèle français, créé par EDF, devrait voir le jour d’ici à 2030. « Nous avons absolument besoin de cette technologie, en améliorant la sûreté, en baissant les coûts et en diminuant les déchets », a précisé le chef de l’État.

  • La France vers une économie plus verte

La France doit « devenir le leader de l’hydrogène vert en 2030 ». Pour cela, le président mise sur l’investissement dans la filière. La France « doit pouvoir compter sur son sol au moins deux gigafactory d’électrolyseurs et produira massivement de l’hydrogène et l’ensemble des technologies utiles à son utilisation ». 500 millions d’euros devraient aussi être destinés aux énergies renouvelables, notamment l’éolien et l’énergie hydraulique. 

D’autre part, le président de la République souhaite réduire de 35 % les émissions de gaz à effet de serre du secteur de l’industrie entre 2015 et 2035. Une somme de 8 milliards d’euros sera allouée à cet objectif.

  • Une mobilité plus verte

La France de 2030, c’est aussi 2 millions de voitures vertes. Emmanuel Macron souhaite augmenter la production de véhicules électriques et hybrides sur le territoire : « Nous ne voulons pas devenir la nation qui roule le plus vert avec des véhicules pas produits chez nous. » Le chef de l’État a également annoncé des investissements importants pour soutenir la production du premier avion bas carbone qui doit être « européanisé au maximum », selon ses mots. Quatre milliards d’euros seront alloués aux « transports du futur ». 

  • Innover dans le secteur de l’agriculture

L’État investira 2 milliards d’euros dans le secteur de l’agriculture afin de développer les technologies du numérique et de la robotique. L’objectif est d’améliorer la qualité de vie des agriculteur·rices et de limiter l’usage des pesticides, tout en « décarbonant la production ».

  • Des biomédicaments contre le cancer et les maladies chroniques

Pour la santé, ce sont 7,5 milliards d’euros qui viendront soutenir la « médecine prédictive et innovante ». « Notre objectif est d’avoir au moins vingt bio-médicaments contre le cancer, les maladies émergentes et les maladies chroniques et de créer les dispositifs médicaux de demain », a détaillé Emmanuel Macron. 

Le président de la République souhaite concurrencer les Américains sur le petit écran et dans l’infiniment grand. Il annonce vouloir soutenir les productions audiovisuelles françaises en investissant notamment dans les formations du secteur. D’autre part, Emmanuel Macron engage la France dans la conquête spatiale, notamment par le développement de mini-lanceurs réutilisables ou de micro-satellites. Les fonds marins devront être explorés, afin d’accéder à des « métaux rares » mais aussi de comprendre de nouveaux écosystèmes et d’innover, une nouvelle fois, dans le secteur de la santé.

« J’assume totalement » 

Enfin, 6 milliards d’euros seraient alloués à la production de composants électroniques. L’objectif : sécuriser l’approvisionnement en puce, développer le cloud, améliorer la formation et faciliter le financement des innovations.  

Pour justifier ces 30 milliards d’euros, Emmanuel Macron souligne l’urgence : « Si nous ne prenons pas ce virage, nous continuerons de dégrader nos déficits extérieurs, de créer trop peu d’emplois et d’opportunités pour nos jeunes. J’assume totalement un pays qui investit dans la création de nouvelles filières […] pour dépenser moins dans l’assurance-chômage et la réparation des destins. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.