Temps de lecture constaté 2’

Bruno Danic est directeur de l’Établissement français de sang en Bretagne.

On le sait, grâce aux donneur·ses de sang, environ 1 million de personnes sont soignées chaque année. Problème, les dons de sang ont, eux aussi, pâti de la crise sanitaire. Les collectes de sang s’organisent notamment dans les universités auprès des jeunes. Mais aussi dans les entreprises. En raison des confinements successifs, des cours à distance et du télétravail, les dons ont chuté.

Au point que l’Établissement français du sang tire la sonnette d’alarme. En 2020 par exemple, un rapport de l’EFS estime que le nombre de dons a diminué de 2,62 %. Soit l’équivalent de presque 106 000 poches, non négligeable. Pire encore du côté des prélèvements de plasma… qui souffrent d’une baisse de 10 % ! L’EFS en appelle donc, plus que jamais, au civisme. GW

Bruno Danic, directeur de l’Établissement français du sang en Bretagne

« Nous avons actuellement une augmentation de nos besoins en globules rouges de 4 %, or les dons de sang sont en baisse de 5 %. Tous les groupes de sang confondus, nous avons 80 000 doses en stock sur le plan national. Or, notre besoin quotidien est de 10 000 doses, ce qui nous fait donc huit jours de réserves.

Pour certains groupes plus rares, comme le groupe O, le groupe donneur universel qu’on utilise en urgence quand on ne connaît pas le groupe sanguin d’une personne, ou en maternité, c’est même six jours.

Depuis dix-huit mois, nous sommes en tension permanente. Durant les confinements, les donneur·ses sont resté·es calfeutré·es chez eux·elles. Avec le télétravail, les collectes en entreprise, dans les lycées et sur les campus, qui représentent 20 % des dons, ont été suspendues. L’été a également été difficile, puisque nous avons été en sous-effectif, les professionnel·les de soin étaient mobilisé·es sur la vaccination. Aujourd’hui encore, nous avons 200 postes vacants à l’Établissement français du sang (EFS). Il nous faut réamorcer la pompe et trouver de nouveaux·lles donneur·ses.

On peut donner son sang à partir du jour de ses 18 ans et jusqu’à la veille de ses 71 ans. Pour cela, il suffit de prendre rendez-vous sur le site de l’EFS (en tapant « don de sang » sur un moteur de recherche) en renseignant son code postal, ou directement auprès de la maison du don la plus proche. Elles sont ouvertes du lundi au samedi. »

Retrouvez l’entretien de Bruno Danic pour Ouest France ici.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.