Vite compris le 2 septembre

Temps de lecture constaté 2’50

En juillet, le taux de chômage de la zone euro poursuit sa baisse • Après 8 % en mai et 7,8 % en juin, le taux de chômage de la zone euro continue sa décrue en juillet et touche désormais 7,6 % de la population active. C’est en tout cas le chiffre annoncé par Eurostat mercredi 1er septembre. Pas illogique puisque la machine économique semble se remettre sur pied en Europe. Bien sûr, des disparités persistent en fonction des pays. Le taux le plus élevé se trouve en Grèce (14,6 %). Bien plus haut que le taux de chômage observé en France (7,9 %) ou en République tchèque (2,8 %), taux le plus bas. Enfin, le taux de chômage des moins de 25 ans s’établit à 16,5 % dans la zone euro, mieux que sur la même période l’an passé (19,4 %).

EDF pourrait racheter à General Electric la branche nucléaire qu’il lui avait cédée !  • On avait crié à l’hérésie quand, en 2015, Alstom avait vendu à l’américain General Electric les turbines Arabelle à vapeur qui équipent les EPR (photo). Sans confirmation officielle, il est fort probable pourtant, affirme La Tribune cet été, que l’énergéticien français rachète les activités nucléaires de la filiale GE Steam Power, à Belfort. Depuis un an, General Electric en perte de vitesse cherche à vendre plusieurs actifs, dont cette filiale. Si l’opération aboutit, ce sera pour Frédéric Pierucci, cet ex-président monde des chaudières d’Alstom que les Américains avaient emprisonné plusieurs années en 2013 au nom d’une loi scélérate, abandonné à son sort par la France, une revanche phénoménale. C’est lui qui est à l’origine de cette reprise probable par EDF.

Les fonctionnaires peuvent recourir au télétravail trois jours par semaine  • Depuis le 1er septembre, les entreprises ont la main sur la formule idéale de travail à distance à proposer aux collaborateur·rices. Mais pour Amélie de Montchalin, ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, la fréquence privilégiée au sein de la fonction publique pourrait servir d’exemple. Les fonctionnaires peuvent télétravailler trois jours par semaine depuis début septembre. Sur la base du volontariat donc et avec l’accord des managers. Pour rappel, lors du premier confinement : « Les Français·es ont vu que les services publics ont tenu et sont restés ouverts, alors que beaucoup d’agent·es travaillaient chez eux·elles. Près de 80 % des agent·es des administrations centrales étaient en télétravail, 50 % dans les services déconcentrés », défend Amélie de Montchalin. Le public donne des leçons au privé ?

Les femmes davantage touchées par l’absentéisme au travail en 2020 • La dernière étude de Gras Savoye Willis Towers Watson montre un taux d’absence plus élevé chez les femmes (6,08 %, + 17 % depuis 2019) que chez les hommes (4,52 %), même si l’absentéisme a augmenté de 23 % chez les hommes sur la même période. Une disparité sur fond de constante élévation de l’absentéisme au travail : 40 %, les deux genres confondus, depuis 2016. Avec une accélération due à la crise sanitaire et au premier confinement (+ 20 % en 2020). D’autres disparités transparaissent dans l’étude, liées aux tranches d’âge et aux secteurs d’activité. Il est par exemple démontré que les salarié·es de plus de 50 ans sont les plus impacté·es, avec un taux d’absentéisme de 7,07 % en 2020, contre 6,03 % auparavant. Peu surprenant, les plus forts taux d’absentéisme se manifestent dans le domaine de la santé, 9,59 % en 2020, soit une augmentation de 26 %, et dans le secteur du transport et de la logistique avec une augmentation de 7,97 %, deux secteurs fortement impactés par la pandémie. Les régions les plus « absentéistes », le Grand Est (6,6 % en croissance de 25 %) et les Hauts-de-France (6,3 % en croissance de 22 %) coïncident avec les territoires les plus touchés par la covid.
L’étude démontre à quel point la crise sanitaire a bouleversé la vie des salarié·es. L’augmentation du taux d’absentéisme se révèle une conséquence directe de la généralisation du télétravail et de la mise en place du chômage partiel, le reflet d’une année 2020 sclérosée par un contexte sanitaire difficile. Plus touchées, les PME-ETI. Mais les grandes entreprises voient leur taux d’absence s’aggraver. On estime entre 1,5 et 3 millions d’euros le coût de 5 % d’absences pour une entreprise de 1 000 salarié·es au salaire moyen de 30 000 euros par an.

Le retour de Benjamin Griveaux… en tant que présentateur ! • Non ce n’est pas un retour en politique. Du moins pas pour l’heure. L’ancien porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux présentera une émission sur la chaîne de télévision B Smart, spécialisée dans l’information économique. L’aventure débutera le 27 septembre pour une émission mensuelle. En parallèle, l’ex-député de Paris a créé une société de conseil pour les dirigeant·es d’entreprises et les start-up.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.