Vite compris le 12 juillet

Temps de lecture constaté 2’30

La digitalisation du recrutement s’impose dans le paysage • Au gré d’une crise de la covid qui aura définitivement bousculé les processus de recrutement et de communication interne et externe des entreprises, la transition vers les outils numériques s’est d’autant plus accélérée. Mieux, selon une étude d’OpinionWay pour l’agence recrutement digitale Bruce, le numérique est perçu comme un gain d e temps par 84 % des employeurs. Et pour 83 % des personnes en âge de travailler. Aussi, l’exploitation des outils numériques et la digitalisation des différentes étapes du recrutement permettent naturellement l’accès à une couverture géographique plus large, vu comme un bénéfice pour 76 % des talents et 82 % des employeurs. Après plusieurs mois de « recrutements numériques », le bilan de la digitalisation du recrutement est positif : trois quart des employeurs et 6 talents sur 10 estiment qu’elle améliore les processus d’embauche. En outre, 74 % des employeurs affirment que la digitalisation leur donne accès à de meilleurs profils, et 82 % qu’elle simplifie les suivis. Banco.

Les Jeux Olympiques de Tokyo contraints au huit clos On s’attendait à un huit clos partiel et à des jauges de spectateur·rices. Triste nouvelle, les JO d’été de Tokyo, prévus du 23 juillet au 8 août, se résignent désormais à organiser l’évènement sans public. La décision du gouvernement nippon d’instaurer un état d’urgence allégé à Tokyo pour contrer le rebond de l’épidémie au Japon aura eu raison des espoirs d’une compétition avec public. Entre une opinion publique japonaise défavorable à l’accueil de spectateur·rices étranger·ères et les avis négatifs des expert·es médicaux·les, la pression était trop importante pour les organisateur·rices des JO. La décision, actée ce jeudi 8 juillet par le Comité international olympique (CIO), est inédite, et sonne comme un coup dur pour les 11 000 athlètes qualifié·es. Et les quelque 4,5 millions de résident·es japonais·es qui avaient acheté des tickets pour l’évènement. « Je suis désolée de cette décision mais c’était le seul choix qui se présentait à nous pour empêcher la diffusion du virus », a affirmé Seiko Hashimoto, la présidente du comité d’organisation.

Réforme des retraites : seulement 20 % des Français·es sont favorables à une hausse de l’âge légal de départ D’après un sondage Elabe pour le journal Les Échos, l’immense majorité des Français·es refusent que l’âge de départ à la retraite passe de 62 à 64 ans, comme l’envisagent le gouvernement et la majorité présidentielle. De quoi conforter les positions de l’opposition qui jugent la moment malvenu pour lancer une telle réforme d’ampleur. Pendant que seuls 20 % des Français·es se disent favorables à la hausse de l’âge de départ, les électeur·rices de François Fillon à la présidentielle de 2017 y sont eux·elles majoritairement favorables (53 %). Pas de surprise, la hausse de l’âge de départ était l’une des grandes propositions du candidat Fillon. En outre, 48 % des Français·es souhaitent le maintien de l’âge légal à 62 ans, et 32 % sont favorables à un abaissement, soit un bond de 7 points par rapport à avril 2019.

Les variations de climat tuent 5 millions de personnes chaque année Une récente étude de The Lancet Planetary Health classe les températures non optimales (chaleur et froid) parmi les dix causes principales de décès dans le monde. Tous les ans, ce sont 5 millions de personnes qui décèdent à cause de températures non optimales, trop basses ou trop élevés. Et 9,43 % des décès dans le monde seraient causés par ces causes climatiques. La majeure partie de ces décès est due à des températures très basses (8,52 %), pendant que les fortes chaleurs ne représentent « que » 0,91 % des décès chaque année. Petite surprise, l’Europe est le seul continent qui présente des taux de mortalité liés à des températures non optimale supérieurs à la moyenne (89 décès pour 100 000 habitant·es pour des températures trop basses et 24 décès pour 100 000 habitant·es pour des températures trop hautes). Pour réaliser cette étude, des scientifiques ont analysé les données de la mortalité de près de 750 lieux dans 43 pays entre 2000 et 2019.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.