Vite compris le 9 juillet

Temps de lecture constaté 2’

Pic des déménagements, une tendance qui perdure • Être bien chez soi. Voilà le maître mot et le grand enseignement de cette pandémie pour un grand nombre de Français·es. Au point qu’ils·elles n’ont pas hésité à déménager, peu importe leur lieu de travail. En septembre, notre pays a connu un pic de déménagements inédit : + 126 % par rapport à la pré-pandémie ! Et la tendance se poursuit. Depuis le début de l’année, les taux de déménagements entre janvier et mai dépassent largement (+ 38 %) ce que l’on observait en 2019 sur la même période. Marseille, Montpellier et Rennes apparaissent comme particulièrement attractives. Derrière, les directeur·rices de ressources humaines (DRH) doivent s’adapter. Près de 30 % d’entre eux·elles ont été placé·es devant le fait accompli. Soit devant des salarié·es qui leur ont demandé d’ajuster leur contrat de travail. Aujourd’hui, on ne choisit plus forcément son lieu de vie en fonction de l’endroit où l’on travaille…

Clément Beaune recommande aux Français·es d’éviter l’Espagne et le Portugal cet été • Le variant delta sévit en Europe. Et notamment en Espagne et au Portugal. Deux destinations que le secrétaire d’État aux Affaires européennes, Clément Beaune, recommande d’éviter pour les vacances d’été des Français·es. « Ceux qui n’ont pas encore réservé leurs vacances, évitez, évitons le Portugal, l’Espagne, dans vos destinations (…) Il vaut mieux rester en France, ou aller dans d’autres pays », a-t-il fait savoir jeudi 8 juillet. Et pour cause, des « mesures renforcées » pourraient être annoncées sur ces deux pays en fonction de l’évolution de l’épidémie. De son côté, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, préfère ne rien recommander pour les destinations estivales. Mais une chose est sûre : « Quel que soit le lieu où on se rend en vacances, il faut être très vigilant », prévient-il. Bruno Le Maire ne s’est pas positionné sur le sujet. Bref, difficile de s’y retrouver…

2020, belle année pour le miel français ! • Cette fois la crise covid n’y est pour rien. En 2020, les apiculteur·rices ont produit environ 32 000 tonnes de miel. Soit une hausse de 47 % par rapport à 2019, selon les chiffres de l’Observatoire de la production de miel et gelée royale. Cette jolie performance s’explique par l’augmentation du nombre de ruches de production  – avec + 12 % en un an. Au global, il est vrai que la taille moyenne des exploitations se réduit sur le long terme. Mais le nombre d’apiculteur·rices, lui, ne cesse de s’élever. D’ailleurs, ce nombre s’est envolé de 14 % en 2020. Pour l’année 2021, le scénario sera sans doute tout autre, en raison de l’épisode de gel survenu en avril dernier…

Les deux tiers des Français·es favorables à une taxe sur les plus riches pour éponger la dette covid • On le sait, le nombre de milliardaires français a augmenté pendant la crise. Passé de 95 à 109. Or, selon un sondage Odoxa, les Français·es ne seraient pas contre une taxe sur les plus riches. 66 % d’entre eux·elles opteraient pour taxer les grandes fortunes pour soigner les comptes publics. 38 % pencheraient pour une réduction du nombre de fonctionnaires. Et seulement 19 % estiment qu’une réforme des retraites en « augmentant l’âge légal de départ » serait la bonne solution pour rééquilibrer les comptes publics.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.