Vite compris le 23 juin

Temps de lecture constaté 2’

Nouvelle plongée du bitcoin • Les montagnes russes continuent pour la reine des cryptomonnaies. Après des mois de flambée qui ont vu bitcoin atteindre des sommets de valorisation, la monnaie virtuelle a plongé sous les 30 000 dollars, à 28 814 dollars. Soit une chute de 12 %, avant une remontée à 31 445 dollars, donc un repli de 3 %. La chute depuis le record d’avril à 64 829 dollars est vertigineuse : -55 %. Le bitcoin connaît ainsi son pire deuxième trimestre (-46 %) depuis 2014, malgré l’enthousiasme d’Elon Musk. La nervosité s’empare des marchés quant au devenir de ce que beaucoup considèrent comme une bombe à retardement : 81 % des gérant·es estiment que le bitcoin est une bulle selon la dernière enquête mensuelle de Bank of America-Merrill Lynch. Sur le seul mois de juin, ce sont 400 milliards de dollars investis dans les bitcoins qui sont partis en fumée dans le monde. Rien que ça.

Carrefour : place à l’étiquetage environnemental • On connaît très bien la notation des produits en fonction de leur apport nutritionnel. Désormais, Carrefour lance un nouvel étiquetage qui mesure l’impact environnemental de certains produits – plus de 20 000 pour commencer. La note environnementale s’étend de A à E. Une sorte d’éco-score ! « Cette démarche de sensibilisation permet à chacun de privilégier les produits à moindre impact sur l’environnement : les produits d’origine France, en vrac ou avec un emballage recyclable, les produits labellisés (Bio, Label Rouge), qui limitent la surpêche, la déforestation… », lit-on dans un communiqué de Carrefour. D’ici à quelques années, cette note environnementale deviendra obligatoire, dans le cadre de la loi Climat et résilience.

Assurance-chômage : la nouvelle formule patientera un peu après la suspension décidée par le Conseil d’État • Petite victoire pour une grande partie des syndicats qui réclamaient l’annulation du décret censé bouleverser les règles de l’assurance-chômage. Puisque le Conseil d’État a suspendu ces nouvelles règles de calcul, qui devaient prendre effet dès le 1er juillet. Une décision justifiée par les « incertitudes sur la situation économique » et des nouvelles règles de calcul qui « pénaliseront de manière significative les salarié·es en contrats courts ». Une victoire pour les syndicats qui contestent fermement la réforme de l’assurance-chômage et ont saisi le Conseil d’État pour obtenir son report ou sa suspension. Parmi les divergences : la mise en place d’un nouveau salaire journalier de référence (SJR). La pierre angulaire pour calculer l’allocation de retour à l’emploi (ARE). Dans la nouvelle formule, le SJR s’obtient en divisant les salaires perçus par le nombre de jours travaillés – plus une partie des jours non travaillés… Les contrats courts, par exemple, tirent la grimace. « En revanche, la juge ne remet pas en cause le principe de la réforme elle-même », précise le communiqué du Conseil d’État. « Le Conseil d’État nous demande d’attendre encore un peu » et « censure uniquement la date d’entrée en vigueur […] On va examiner les réponses qu’on peut apporter pour rassurer sur la reprise économique et la dynamique de l’emploi afin de permettre une application rapide de la réforme », a réagi la ministre du Travail, Élisabeth Borne.

L’UE va investir 9 milliards d’euros dans son Agence spatiale • Mardi 22 juin, l’Union européenne a signé une convention cadre de partenariat financier avec l’Agence spatiale européenne (ESA). Avec à la clé la garantie d’un investissement à hauteur de 9 milliards d’euros. Sur une période qui s’étale de 2021 à 2027. Une convention signée par Thierry Breton, commissaire européen, qui en a profité pour rappeler le lancement officiel du nouveau programme spatial européen. Le budget adopté par l’UE atteint 13,2 milliards d’euros (constants) jusqu’à 2027.  « Nous devons établir un agenda spatial ambitieux et de rupture pour l’avenir: être plus dynamique, plus innovant et prendre plus de risques », a défendu Thierry Breton. Ambitieux, même si les chiffres restent bien en dessous de ce qui est pratiqué aux États-Unis par exemple. Un pays pour lequel « la dépense publique pour l’espace est cinq, six ou sept fois celle de l’Europe », reconnaît le directeur de l’ESA, Josef Aschbacher.

Le troisième plus gros diamant du monde déterré au Botswana La société Debswana ne regrettera pas sa journée dans la mine de Jwaneng, la plus importante du Bostwana. Ses ouvriers ont déterré un diamant de quelque 1 098 carats. Il s’agirait là du troisième plus gros diamant jamais découvert dans le monde, selon les premières analyses. L’entreprise Debswana, active dans les mines de diamants depuis cinquante ans, l’assure : la société « va travailler étroitement avec le gouvernement et De Beers pour valoriser et vendre ce diamant afin de s’assurer que le peuple du Botswana en profite au maximum ». Non ?!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.