Vite compris le 22 juin

Temps de lecture constaté 2’30

Dix grand·es patron·nes plaident pour intégrer les réfugié·es en entreprise • La tribune est parue dans le Journal du Dimanche. Dans laquelle dix chef·fes d’entreprise expriment leur volonté de faciliter le processus d’intégration des réfugié·es au sein des entreprises. « Les réfugiés sont des talents pour nos entreprises […] Tous ont des compétences et des expertises recherchées par les organisations, et avant tout, une forte volonté d’intégration », défendent les haut·es responsables. Pour rappel, l’an dernier, la France avait enregistré plus de 95 000 demandes d’asile, selon l’Office de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra). Les entreprises concernées par cette tribune : Accor, Adecco, Barilla, BNP Paribas, Ikea, Ipsos, Keolis, L’Oréal, Michelin et Sodexo.

Pour la RATP, le télétravail aura un impact durable sur la fréquentation des lignes de transport • La fin du télétravail à 100 % a sonné le 9 juin. Et pourtant, la patronne de la RATP, Catherine Guillouard, remarque un retour très progressif de la fréquentation des lignes de métro et RER en région francilienne. « En semaine, les deux tiers du réseau ferré ont récupéré le trafic ante-Covid », estime Catherine Guillouard. Avant d’ajouter : « Il y aura un impact du télétravail, cela c’est sûr […] Nous avons modélisé à peu près deux jours en moyenne de télétravail pour tout le monde ». Soit une baisse potentielle de 5 à 7 % en termes de fréquentation. Pour combler ce repli, la RATP devra adapter son offre. Et notamment étendre les lignes de métros et tramways, comme avec la ligne 14. Prolongée au nord en décembre, la fréquentation y a bondi de 15 à 20 %.

Élections régionales : les principales tendances à l’issue du premier tour • Il faut dire que les Français·es ne se sont pas bousculé·es aux urnes dimanche 20 juin lors du premier tour des élections régionales et départementales. Avec une abstention record. Plus de 66 % selon les estimations Ipsos-Sopra Steria ! Pour celles et ceux qui ont fait le déplacement, ils·elles ont davantage soutenu les listes de droite, puisque Xavier Bertrand arrive largement en tête (41,39 %) dans les Hauts-de-France. Tout comme Valérie Pécresse pour l’Île-de-France (35,94 %) ou encore Jean Rottner (31,15 %) dans la région Grand Est. La gauche ne s’en sort pas trop mal : elle se retrouve en tête en Nouvelle-Aquitaine avec Alain Rousset (28,84 %). Ainsi qu’en Bourgogne-Franche-Comté grâce à Marie-Guite Dufay (26,52 %) ou en Occitanie avec Carole Delga (39,57 %). De son côté, le Rassemblement national achève un premier tour au goût amer. Seul Thierry Mariani arrive en tête en Paca (36,28 %). Enfin, pour la majorité présidentielle, ces élections ont tourné à la déroute, elle demeure d’ores et déjà éliminée dans les Hauts-de-France, en Occitanie ou en Auvergne-Rhône-Alpes, région largement dominée par Laurent Wauquiez (président sortant LR) avec 43,79 % des voix.

Le public autorisé pour les Jeux Olympiques de Tokyo • Covid oblige, la question de la présence du public aux JO d’été 2021, était en suspens. La décision des organisateur·rices est désormais officielle : le public sera autorisé dans la capitale nipponne. Un choix qui contredit l’avis des expert·es sanitaires. Et qui va à l’encontre directe d’une opinion publique japonaise de plus en plus opposée à l’évènement. Plus précisément, une jauge de 50 % des capacités d’accueil des stades, salles et sites de compétition sera instaurée. Dans une limite maximale de 10 000 personnes. Les spectateur·rices auront l’obligation de porter en permanence un masque et l’interdiction de parler à voix haute ou de crier. Une annonce très tardive, à tout juste un mois de la cérémonie d’ouverture. La grand-messe sportive est prévue du 23 juillet au 8 août prochains. D’ici à mi-juillet, la décision concernant les Jeux paralympiques (24 août – 9 septembre) sera communiquée.

Indemnisation pour les libéraux·les en cas d’arrêt de travail • Un grand pas pour la Sécurité sociale. À partir du 1er juillet prochain, les professions libérales pourront être indemnisées en cas d’arrêt-maladie. La réforme, votée à l’automne 2020 durant la saison budgétaire du Parlement, a fait l’objet d’un décret ce 12 juin. Et concerne environ un million de personnes en France. Le régime d’indemnisation des indépendant·es se rapprochera de celui des artisan·tes et commerçant·es. Pour en bénéficier, il faudra se retrouver affilié·e à un régime libéral depuis un an minimum. Le montant versé sera lui égal à 1/730e de la moyenne des revenus annuels des trois dernières années. Soit entre 22,54 et 56,35 euros par jour.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.