Macron en faveur d’un « New Deal » pour l’Afrique !

Temps de lecture constaté 2’40

Un sommet se tiendra à Paris en mai pour trouver des solutions au financement de l’Afrique.

Il y avait eu le « New Deal » signé Roosevelt pour lutter contre l’impact de la Grande Dépression dans les années 1930. En 2021, le Président Emmanuel Macron, appelle de nouveau à un « New Deal ». Pour trouver des solutions au financement des économies africaines. Lesquelles ont particulièrement pâti des effets de la crise covid. Alors que le président congolais Félix Tshisekedi était présent à l’Élysée, Emmanuel Macron a promis – dans cette perspective – un sommet financier à Paris le 18 mai.

« Nous sommes collectivement en train d’abandonner l’Afrique à des solutions qui datent des années 1960 », regrette le président français. D’où sa proposition de « New Deal » en vue de trouver des « solutions profondément novatrices » pour sortir les économies africaines du bourbier. Qui ont surtout enduré une sévère crise économique, davantage qu’une circulation effrénée du virus Sars-CoV-2.

Un sommet prévu à Paris le 18 mai
C’est ce qu’a promis le chef de l’État français. La France doit accueillir à Paris le Sommet sur le financement des économies d’Afrique subsaharienne. Avec la présence d’une dizaine de dirigeants africains, des responsables européens et les grandes organisations internationales. Comme la Banque mondiale ou le Fonds monétaire international (FMI). La veille, le 17 mai, se tiendra aussi une conférence consacrée à la dette du Soudan. Là encore dans la capitale française. Deux occasions pour aborder le fameux « New Deal » made in Macron. Une nécessité, « sans quoi nous laisserons le continent africain face à la pauvreté […] face à la réduction des opportunités économiques, une migration subie et l’expansion du terrorisme, et à cela je ne veux pas me résoudre », a-t-il fait savoir.

L’idée serait d’abord de restructurer la dette. Laquelle – en Afrique – a fortement baissé dans les années 1990 à la suite de l’initiative du FMI et de la Banque mondiale en faveur des pays pauvres et très endettés (PPTE). Puis la dette repart à la hausse entre 2006 et 2019. Une multiplication par trois : de 100 à 309 milliards de dollars ! Pire, les pays d’Afrique subsaharienne pourraient connaître un déficit de financement de 290 milliards de dollars d’ici à 2023, a estimé le FMI. Pour rappel, en octobre, le G20 argumentait en faveur d’une restructuration de la dette de certains pays, qui impliquent les créanciers privés et la Chine. Premier bailleur des pays africains…

L’impact de la pandémie
Une résilience quelque peu paradoxale. Non, l’Afrique n’a pas connu une circulation du virus plus alarmante que les autres continents. Sur le plan sanitaire, elle ne comptabilisait officiellement, en octobre 2020, « que » 4,7 % des cas de contaminations dans le monde. Et moins de 87 000 morts au 27 janvier, alors que le continent représente 17 % de la population mondiale. Une résistance au virus qui s’explique notamment par une proportion élevée de jeunes sur le continent. Ainsi qu’à « une expérience des pandémies », juge Rémy Rioux, directeur général de l’Agence française de développement (AFD).

Problème, sur le front économique, l’Afrique n’a pas été épargnée. Quarante pays se retrouvent en récession sur le continent de façon simultanée. Avec en filigrane une activité contractée l’an passé (-2,1 %) La faute à une pluralité de facteurs. D’abord en raison d’une chute du prix des matières premières. La crise a provoqué un écroulement des volumes exportés. Or, l’Afrique compte beaucoup sur ces matières premières pour doper ses recettes et sa croissance. Notamment le pétrole, le zinc, le plomb ou encore le charbon. En parallèle, le continent souffre d’un effondrement du tourisme lié à la fermeture des frontières pour enrayer la pandémie. À quoi s’ajoute le repli des transferts de fonds opérés par les migrants (-20 %, selon le FMI) et l’absence de filets sociaux. L’Afrique devrait toutefois renouer avec une croissance positive en 2021. D’un peu plus de 3 %.

GW

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.